Passer au contenu principal

Corinne Lepage: « Le débat est confisqué par une petite oligarchie politico-médiatique »

Candidate à l’élection présidentielle, Corinne Lepage est en colère. La présidente du Parti écologiste Cap 21 a choisi La Tribune de Genève et 24 heures pour dénoncer le verrouillage démocratique français.

Corinne Lepage, candidate à l'élection présidentielle française.
Corinne Lepage, candidate à l'élection présidentielle française.
AFP

Vous vous adressez à La Tribune de Genève pour faire passer un message que vous n’arrivez pas à passer dans la presse française. Qu’est-ce que vous ne pouvez pas dire à Paris ?

- Je pourrais le dire mais ce ne serait probablement pas publié. Je suis candidate à l’élection présidentielle et je ne peux pas présenter mon projet au Français dans les grands médias. Cette situation est en totalement contradiction avec l’esprit de la Ve République qui a fait de cette élection au suffrage universel direct la rencontre entre une personne et les Français. La réalité aujourd’hui, c’est que le débat démocratique est confisqué par les grands partis. La démocratie est verrouillée. Certains candidats comme moi se retrouvent prisonniers d’un cercle vicieux. Ayant un faible écho médiatique, ils ne recueillent que de faibles intentions de vote. Et vice et versa. Une petite oligarchie de la presse parisienne, en connivence totale avec les partis politiques, choisi cinq ou six messieurs qui auront l’honneur de concourir et d’être interviewé durant la campagne. Les autres sont traités par le mépris. Or, depuis la « mélanchonisation » de la candidate des Verts, Eva Joly, je suis la seule à porter les idées de l’écologie, un courant fort de l’opinion française et un projet économique de développement durable qui peuvent sortir la France de la crise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.