Passer au contenu principal

PortugalCoup de filet chez les Hells Angels

Plusieurs membres de la bande de motards Hells Angels ont été interpellés pour la «sécurité» de l'Etat portugais.

Des membres des Hells Angels.
Des membres des Hells Angels.
archive/photo d'illustration, AFP

Les autorités portugaises ont interpellé 17 membres de la bande de motards Hells Angels, considérée comme «une menace pour la sécurité nationale» et dont plus de 40 autres membres sont en détention provisoire depuis juillet dernier, a annoncé mardi la police judiciaire.

Les membres de ce groupe, des hommes d'entre 29 et 52 ans, sont soupçonnés d'appartenir à une association criminelle, indique un communiqué de la police judiciaire, précisant qu'ils seront présentés mercredi devant un juge qui leur appliquera des mesures de contrôle judiciaire.

Ce coup de filet a mobilisé quelque 150 enquêteurs de la police judiciaire qui ont réalisé des perquisitions dans tout le pays.

Les Hells Angels sont surveillés par la police judiciaire et les services de renseignement portugais depuis 2002, mais l'enquête a connu un tournant en mars 2018 après une attaque perpétrée par près d'une centaine d'entre eux contre un groupe rival dans un restaurant de la banlieue de Lisbonne.

Climat de peur La police judiciaire avait alors accéléré son enquête et lancé en juillet dernier une vaste opération conduisant à l'arrestation d'une soixantaine de membres des Hells Angels dont 41 sont toujours en détention provisoire.

Ils étaient soupçonnés notamment de tentative de meurtre, extorsion, proxénétisme, trafic de drogue et d'armes, avait alors expliqué la coordinatrice de l'unité de lutte contre le terrorisme de la police judiciaire, Manuela Santos.

Les Hells Angels, en ayant recours à la violence contribuent à créer un climat de peur et sont «une menace à la sécurité nationale», selon un rapport sur la sécurité intérieure publié en 2017.

Les Hells Angels, connus pour leurs motos Harley Davidson et leurs tenues de cuir, ont été fondés aux Etats-Unis en 1948. Ils comptent des branches dans une cinquantaine de pays.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.