Le couple Chine-Russie se défait depuis la Crimée

Géopolitique Ce n’est pas encore un divorce, mais Pékin se dissocie de plus en plus souvent de Moscou

Vladimir Poutine, le président chinois Xi Jinping et son prédécesseur, Jiang Zemin.

Vladimir Poutine, le président chinois Xi Jinping et son prédécesseur, Jiang Zemin. Image: EPA: Wu Hong

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On s’y était fait. La Chine et la Russie, c’était un peu les «Dupond et Dupont» du Conseil de sécurité de l’ONU. Difficiles à distinguer. Ils votaient de concert les résolutions. Ou plutôt, ils les bloquaient ensemble grâce à leurs deux veto. Le tandem tenait ainsi en respect les Etats-Unis et ses alliés occidentaux. Mais cette époque-là semble révolue. Coup sur coup, Pékin vient de se dissocier par deux fois de Moscou, son partenaire stratégique. Y aurait-il du rififi dans le couple sino-russe?

C’est en tout cas sur les deux sujets chauds du moment que la Chine marque sa différence. Il y a quelques jours, alors que circulaient des rumeurs sur l’envoi par Pékin d’un porte-avions pour soutenir les frappes russes en Syrie, la chose a été démentie par un éditorial au ton sévère dans Le Quotidien du Peuple, porte-voix du Parti communiste chinois. Il accuse Washington et Moscou de rejouer la guerre froide: «Les Etats-Unis et l’Union soviétique utilisaient toutes sortes d’actions diplomatiques, économiques et militaires sur le sol de pays tiers pour accroître leur influence. (…) Mais nous sommes au XXIe siècle maintenant, les gens devraient comprendre ça!»

Sur l’Ukraine, la mésentente est encore plus criante. A la fin de septembre, les diplomates chinois ont fait savoir à l’ambassadeur du président Porochenko à New York que Pékin soutiendrait la candidature de Kiev au Conseil de sécurité de l’ONU. Un appui peu apprécié au Kremlin. D’autant plus que la Russie s’est déjà trouvée seule quand il a fallu mettre un veto à la création d’un tribunal de guerre suite au tir de missile qui a frappé le vol de la Malaysia Airlines dans l’est ukrainien. La Chine s’est abstenue. Normal: Pékin a développé d’importantes relations commerciales avec Kiev depuis que Moscou a annexé la Crimée l’an passé.

Mariage de convenance

Ce n’est pas tout. la Chine s’est aussi abstenue lorsque la Russie a bloqué une résolution faisant du massacre de Srebrenica un génocide perpétré par les Serbes de Bosnie, ces cousins slaves. Par ailleurs, Pékin a carrément voté avec les Occidentaux en faveur de sanctions contre les belligérants au Soudan du Sud. Bref, comme le souffle au magazine étasunien Foreign Policy un diplomate du Conseil de sécurité de l’ONU: «Il se passe quelque chose. Il y a une séparation entre Chine et Russie.» Pour un autre, il devient évident qu’entre ces deux-là, c’est «un mariage de convenance plutôt qu’une profonde convergence idéologique». En l’occurrence, relève Philippe Le Corre de la Brookings Institution, «l’économie russe souffre et la Chine ne veut pas être coupée de l’Occident, parce qu’elle compte bien devenir un acteur mondial».

Jouer sur tous les tableaux

Bref, tandis que le président Vladimir Poutine issu de l’ancien KGB s’oppose frontalement aux Etats-Unis et à l’OTAN, son homologue Xi Jinping s’inspire davantage du rapprochement sino-américain opéré en 1972 déjà par Mao et Kissinger. Pékin joue sur plusieurs tableaux. Son économie et celle des Etats-Unis sont de plus en plus imbriquées et interdépendantes. Ce qui limite le risque d’agression. Mais simultanément, en mer de Chine, l’Empire du Milieu n’hésite plus à affirmer ses prétentions, quitte à entrer en friction avec Washington. Enfin, pour faire contrepoids à la première puissance mondiale, le régime communiste maintient son alliance avec la Russie, mais aussi avec le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud au sein du BRICS et enfin avec l’Organisation de coopération de Shanghai, qui lie les deux géants voisins aux pays d’Asie centrale et d’Asie du Sud (dont le Pakistan nucléaire et l’Iran). On n’est jamais trop prudent.

Créé: 24.10.2015, 10h46

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.