Le crash de Moscou serait dû à une sonde Pitot

RussieSelon les enquêteurs, le givrage d'une sonde Pitot, déjà impliquée dans le crash du vol Rio-Paris de juin 2009, serait à l'origine du drame.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le crash d'un Antonov russe qui a fait 71 morts dimanche près de Moscou est «apparemment» dû au givrage de sondes de vitesse Pitot, ont annoncé mardi les enquêteurs à la suite de l'analyse d'une boîte noire de l'appareil.

Le crash «peut s'expliquer par des données incorrectes sur la vitesse du vol (...) apparemment liées au givrage de sondes Pitot dont le système de chauffage était éteint», a indiqué dans un communiqué le comité intergouvernemental d'aviation (MAK).

Ces conclusions se basent sur une «analyse préliminaire des informations enregistrées» dans l'enregistreur conservant les paramètres techniques du vol, ainsi que sur «l'analyse de cas analogues ayant eu lieu dans le passé», a précisé cet organisme chargé d'enquêter sur les accidents aériens.

Septante-et-une victimes

L'avion de ligne, un biréacteur Antonov An-148 de la compagnie Saratov Airlines mis en service en 2010, s'est écrasé près de Moscou dimanche peu après avoir décollé de l'aéroport de Domodedovo.

Il transportait 65 passagers et six membres d'équipage, qui sont tous morts. L'appareil, qui se rendait à Orsk, une ville de l'Oural à la frontière du Kazakhstan, s'est écrasé dans le district de Ramenski, à quelque 70 km au sud-est de Moscou, près du village de Stepanovskoïé.

Mesures incorrectes

Appelées aussi «tubes de Pitot», les sondes Pitot permettent aux pilotes de contrôler la vitesse de leur appareil, un élément crucial pour son équilibre en vol. Si ces sondes sont encrassées par du givre ou des débris, une mesure incorrecte de vitesse peut être fournie aux pilotes, ce qui risque d'entraîner un décrochage de l'appareil si celui-ci vole trop lentement ou une déformation de l'avion si celui-ci va trop vite.

Les sondes Pitot avaient été mises en cause dans l'accident de l'Airbus A330 d'Air France qui assurait la liaison Paris-Rio (vol AF447) et s'était abîmé dans l'océan Atlantique le 1er juin 2009, tuant ses 228 occupants. (afp/nxp)

Créé: 13.02.2018, 14h52

Articles en relation

La neige complique l'enquête sur le crash

Russie Les conditions climatiques rendent difficile l'enquête sur le drame qui a tué dimanche 71 personnes, dont un Suisse, près de Moscou. Plus...

Un Suisse parmi les victimes du crash

Russie Le citoyen suisse se rendait à Orsk pour le lancement d'une nouvelle unité d'une raffinerie locale, selon une porte-parole des autorités locales citées par Interfax. Plus...

«L'équipage a perdu le contrôle de la situation»

Crash du vol Rio-Paris Des facteurs humains mêlés à des défaillances techniques, notamment le givrage des sondes «Pitot», sont à l'origine de l'accident de l'Airbus d'Air France, qui avait provoqué la mort de 228 personnes, dont trois Suisses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...