Cri d'alarme de l'Unicef face à la rougeole

Santé La recrudescence de la rougeole dans une centaine de pays du monde, et particulièrement le Brésil, l'Ukraine et la France, inquiète.

Un enfant se fait vacciner contre la rougeole aux Philippines.

Un enfant se fait vacciner contre la rougeole aux Philippines. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Unicef a lancé vendredi un cri d'alarme devant la recrudescence de la rougeole dans le monde en soulignant que dix pays, dont le Brésil, l'Ukraine et la France, étaient responsables de trois-quarts environ de l'augmentation totale des cas en 2018.

A l'échelle mondiale, 98 pays ont signalé un plus grand nombre de cas de rougeole en 2018 par rapport à 2017, ce qui entrave les progrès accomplis dans la lutte contre cette maladie hautement évitable, mais potentiellement mortelle, note l'agence des Nations Unies pour l'enfance (ONU) dans un communiqué.

«C'est un appel au réveil. Nous disposons d'un vaccin sûr, efficace et peu coûteux contre une maladie très contagieuse - un vaccin qui a sauvé près d'un million de vies chaque année au cours des deux dernières décennies», a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l'Unicef.

Hésitation face à la vaccination

L'Ukraine, les Philippines et le Brésil ont connu la plus forte augmentation annuelle de cas. En 2018, 35'120 cas ont été recensés rien qu'en Ukraine, soit environ 30'000 de plus qu'en 2017. Et selon le gouvernement 24'042 personnes supplémentaires ont été contaminées au cours des deux premiers mois de 2019. Au Brésil, 10'262 cas ont été signalés alors qu'aucun cas n'avait été rapporté l'année précédente. En France, l'augmentation entre 2017 et 2018 a été de 2269 cas, selon l'Unicef.

La médiocrité des infrastructures de santé, les troubles civils, la faible sensibilisation de la communauté, la complaisance et l'hésitation face à la vaccination ont parfois conduit à ces épidémies dans les pays développés et en développement, selon l'agence.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déjà alerté sur une flambée de rougeole dans le monde, en relevant un bond d'environ 50% des cas signalés l'an dernier par rapport à 2017, faisant 136'000 morts.

Mouvement dit «anti-vax»

La recrudescence de cette maladie, plus contagieuse que la grippe ou la tuberculose, est liée dans certains pays à des allégations sans fondement médical reliant le vaccin contre la rougeole (vaccin combiné ROR) à l'autisme, en partie diffusées sur les médias sociaux par des membres du mouvement dit «anti-vax».

Le mois dernier, l'OMS a classé «l'hésitation à l'égard du vaccin» parmi les 10 principales menaces pour la santé mondiale les plus pressantes en 2019. L'OMS rappelait toutefois récemment que «la principale raison» de l'échec dans la vaccination des enfants est que ceux «qui en ont le plus besoin (...) n'ont pas accès au vaccin». (afp/nxp)

Créé: 01.03.2019, 01h50

Articles en relation

Epidémie de rougeole dans une école biennoise

Canton de Berne Plusieurs élèves de l'école Rudolf Steiner sont touchés. Les enfants non vaccinés contre la rougeole ainsi que leurs frères et sœurs ont été priés de rester à la maison. Plus...

La flambée de rougeole en Ukraine ne faiblit pas

Kiev Le premier décès de cette maladie que l'on croyait disparue est survenu dans la capitale ukrainienne. Face à l'épidémie, les autorités rappellent l'importance des vaccins. Plus...

L'OMS alerte sur une flambée de rougeole

Monde A mi-janvier, près de 229'000 cas de rougeole avaient été signalés dans le monde pour 2018, contre environ 170'000 en 2017. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.