Daech bat en retraite sur tous les fronts en Syrie et en Irak

Moyen-OrientLe groupe Etat islamique va de défaite en défaite depuis des mois. C’est un tournant. Mais vers quoi?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Daech a le blues. Jadis réputés invincibles, voici que les redoutables djihadistes du groupe Etat islamique ne semblent plus capables de tenir la ligne de front. «Ils n’ont pas le moral. Nous entendons leurs communications radio. Leurs chefs les supplient de se battre, mais ils répondent que c’est une cause perdue. Ils refusent d’obéir aux ordres et prennent la fuite.» Ces propos étonnants publiés dans les colonnes du Washington Post sont ceux du lieutenant-général Abdul-Ghani al-Assadi, qui a commandé la récente offensive de l’armée irakienne sur la ville de Hit, à 140 km au nord-ouest de Bagdad.

Pure propagande? Peut-être pas. La spectaculaire reconquête de Palmyre par l’armée syrienne ce week-end en est une autre illustration: les djihadistes se sont repliés précipitamment, écornant l’image d’une force qui paraissait quasi irrésistible il y a encore un an. Et ce n’est là que la dernière défaite en date.

Car depuis des mois, les troupes de Daech collectionnent les déroutes aux marges du Califat autoproclamé en juin 2014. Le territoire de l’Etat islamique rétrécit de jour en jour. Et les djihadistes n’ont plus lancé une offensive d’envergure depuis la prise en mai dernier de… Palmyre justement. Bref, ils sont sur la défensive, note Le Figaro. C’est désormais visible sur tous les fronts.

Les forces de Damas

Dans l’est de la Syrie, l’armée de Bachar el-Assad appuyée par l’aviation russe et les milices chiites du Liban et d’Irak compte utiliser Palmyre comme base stratégique d’où lancer des offensives pour reconquérir Deir Ez-Zor, où une garnison du régime tient toujours l’aéroport militaire, assiégé par les djihadistes. Puis il s’agira d’attaquer Raqqa, la capitale de facto de Daech. A moins d’être pris de vitesse par les Kurdes…

Les Kurdes syriens des YPG

Dans le nord de la Syrie, les Unités de protection du peuple kurde (YPG) ont en effet multiplié les victoires depuis la terrible bataille de Kobané, à la frontière de la Turquie, reconquise en janvier 2015 avec le soutien des frappes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis. A tel point qu’ils viennent de déclarer l’autonomie de leur région, le Rojava. Ils ne sont plus qu’à une cinquantaine de kilomètres de Raqqa!

Les peshmergas kurdes d’Irak

En Irak, avec l’aide de la coalition internationale, l’armée a repris aux djihadistes la ville stratégique de Ramadi en décembre. A seulement 100 km à l’ouest de Bagdad, c’est le chef-lieu de la grande province sunnite d’Al-Anbar, frontalière de la Syrie. Et les forces irakiennes continuent d’avancer…

Les troupes de Bagdad

Enfin, dans le nord du pays, les peshmergas du Kurdistan irakien et leurs conseilleurs étasuniens préparent une grande offensive pour libérer Mossoul, la deuxième ville du pays et la plus grande du Califat. Les mêmes Kurdes avaient déjà réussi à reconquérir en novembre la ville martyre de Sinjar, où Daech avait massacré la population Yézidie.

Au cœur du Califat

Bref, les djihadistes de Daech reculent un peu partout, sans combattre jusqu’à la mort. Le Califat, frappé constamment par des drones étasuniens, perd beaucoup de cadres militaires. Ce qui peut expliquer le repli.

Mais ce qui a été abandonné, c’est plutôt la périphérie du Califat. Le plus difficile reste à faire: reconquérir puis contrôler le cœur du territoire sunnite avec… des milices kurdes au nord et chiites au sud! Difficile, dans ces conditions, de compter sur l’appui des populations locales.

Guérilla et terrrorisme

Déjà, dans la ville de Ramadi sous contrôle gouvernemental, le groupe Etat islamique a repris les tactiques de guérilla utilisées jadis contre les troupes américaines. Attentats à la voiture piégée, engins explosifs au bord des routes… Le potentiel de nuisance de Daech reste intact pour l’instant. Tout comme sa capacité à exporter la guerre en Libye et les attentats en Europe.

Créé: 30.03.2016, 15h45

Articles en relation

La chair à canon de Daech dévoile ses visages

Attentats de Bruxelles Deux frères ont servi de kamikazes dans le double attentat de Bruxelles. Tandis que le pays se recueille, la course contre la montre est engagée pour arrêter d’autres suspects. Plus...

L'Europe frappée au coeur par les djihadistes de Daech

Terrorisme Les deux attentats de Bruxelles surviennent alors que la police était déjà sur les dents pour démanteler des réseaux. Plus...

Un repenti de Daech fournit l’identité de 22'000 djihadistes

DaechLeaks Plusieurs pays occidentaux étudient la liste de noms révélée jeudi par des médias européens. Mais des doutes subsistent sur son authenticité. Plus...

Les aveux de l’expert chimique de Daech

Moyen-Orient Un cadre des djihadistes capturé par les nouvelles forces spéciales déployées par le Pentagone a révélé deux sites secrets. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.