«Daech espère des représailles contre les musulmans»

Attentat de NiceLes spécialistes estiment que le groupe djihadiste est derrière l’attaque. Explications du politologue Fabrice Balanche.

Le politologue Fabrice Balanche

Le politologue Fabrice Balanche Image: Capture d'écran Youtube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour l’heure, l’attentat qui a fait au moins 84 morts jeudi soir à Nice n’a pas été revendiqué. Mais plusieurs spécialistes du terrorisme et du djihadisme estiment que tout pointe vers le groupe Etat islamique (EI, Daech en arabe). «Le mode opératoire correspond aux leçons d’Abou Moussab Al Souri, le théoricien de Daech», écrit ainsi Fabrice Balanche, politologue spécialiste du Moyen-Orient dans une analyse publiée sur sa page Facebook. «Il répond aux incantations d’Abu Muhammad al-Adnani, lieutenant de Baghdadi, qui encourage les terroristes à frapper en France par n’importe quel moyen», poursuit-il.

Interrogé sur la radio France Culture, Gilles Keppel, auteur de Terreur dans l’Hexagone: genèse du djihad français, estime aussi que l’attentat de Nice «s’inscrit dans le modus operandi» prôné par Daech, qui a appelé ses suiveurs «à attaquer partout, avec tout ce qui est disponible». «Il s’agit d’un djihadisme de troisième génération, qui vise à créer la panique dans les sociétés européennes et à épuiser les forces de l’ordre», estime le politologue.

Les spécialistes rappellent également que la région de Nice compte de nombreux sympathisants de Daech. «Nice est une des principales villes françaises pourvoyeuse de djihadistes à destination de la Syrie. Ces derniers peuvent donc compter dans cette ville sur un solide réseau de complicité», explique Fabrice Balanche. Gilles Keppel souligne également que les Alpes-Maritimes sont le deuxième département français exportateur de combattants français en Irak et en Syrie, derrière la Seine-Saint-Denis, et que Daech y dispose donc «d’un réseau très structuré».

Le symbole du 14 juillet

Pour Fabrice Balanche, «le choix du 14 juillet est extrêmement symbolique car il vise directement la République et ses valeurs de liberté, égalité, fraternité et surtout la laïcité. Ce fondement de notre république, qui doit permettre aux différentes confessions de vivre en paix sur le territoire national de s’intégrer dans la nation française.»

Gilles Keppel souligne lui aussi le symbolisme de la date du 14 juillet, jour de la fête nationale française, choisie pour cette attaque. «En plus, il y avait hier un sentiment de soulagement. Il n’y avait rien eu pendant l’Euro (…) et le président de la République avait annoncé qu’on allait suspendre l’état d’urgence», ajoute le politologue. L’auteur de Terreur dans l’Hexagone fait remarquer que François Hollande a dû revenir sur cette dernière décision quelques heures seulement après l’avoir communiquée. «Un individu qui conduit un camion et le jette dans la foule est ainsi capable de changer le discours et les décisions qui sont prises au sommet de l’Etat. C’est une manière de montrer les faiblesses de l’Etat et de son chef.»

Fabrice Balanche affirme encore que «le 14 juillet est une fête exécrée» par Daech et ses sympathisants. Cette date est le «symbole de la République et de la France. Ceux qui assistent au feu d’artifice ne peuvent être que de fervents républicains et surtout «des Français de souche». Dans l’esprit de l’Etat islamique, les musulmans qui regardaient le feu d’artifice ce soir-là fêtaient la république, ils n’ont donc eu qu’un juste châtiment car les valeurs de la république et celles de l’islam ne sont pas compatibles.»

Pousser vers une guerre civile

Les deux spécialistes du djihadisme s’accordent également sur le but final de Daech quand il encourage ce genre d’attaques. «L’objectif premier de l’Etat islamique est d’empêcher (…) l’intégration des populations musulmanes en France et de nous pousser vers une guerre civile communautaire», affirme Fabrice Balanche. Le chercheur explique également que «l’Etat islamique espère que des représailles auront lieu contre les musulmans en France.»

Gilles Keppel déclare lui aussi que pour les idéologues de Daech, «l’objectif a terme est qu’une guerre civile ait lieu dans les pays européens. Que les gens en aient marre et commencent à attaquer des mosquées, mettent en œuvre des pogroms contre certains de nos compatriotes d’origine musulmane, et à partir de ce moment qu'il y ait une guerre d’enclave dans la société française.»

(24 heures)

Créé: 15.07.2016, 13h19

Articles en relation

Le portrait de l'auteur présumé de l'attentat se dessine

Attentat à Nice Les voisins de l'auteur de l'attentat livrent leur impressions de cet homme «solitaire et silencieux». Plus...

«On aurait pu être dans la foule!» Une Genevoise témoigne

Attentat de Nice L’ex-députée genevoise Catherine Baud, en vacances à Nice, raconte cette nuit d'enfer. Plus...

La police française demande le respect aux internautes

Attentat de Nice Les médias filtrent les images, les internautes pas toujours. «Ne contribuez pas à la diffusion de photos ou de vidéos des scènes de crime», demandent les autorités françaises. Plus...

Les acteurs de la sécurité suisse se réunissent vendredi après-midi

Attentat de Nice Une réunion se tiendra vendredi en début d'après-midi à Berne pour discuter d'éventuelles mesures de sécurité à prendre. Plus...

SWISS et Easyjet n'annulent pas leurs vols

Attentats de Nice La compagnie nationale propose aux voyageurs de décaler leur départ, mais les habituelles liaisons depuis Cointrin sont maintenues. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.