Damas donne son accord à un cessez-le-feu à Idleb

Syrie Le régime de Bachar el-Assad accepte de suspendre les frappes sur la région contrôlée par les djihadistes, «à condition que l'accord de désescalade soit appliqué».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Syrie a donné son accord «conditionnel» à un cessez-le-feu dans la région d'Idleb (nord-ouest), a rapporté l'agence officielle Sana, citant une source militaire. Cette province est dominée par les djihadistes et pilonnée depuis fin avril par le régime.

Selon cette source, la Syrie «accepte un cessez-le-feu à partir de jeudi soir à Idleb à condition que l'accord de désescalade (conclu en septembre 2018 entre la Russie et la Turquie) soit appliqué». Cette annonce a été immédiatement saluée par Moscou.

«Bien sûr, nous saluons la décision du gouvernement syrien d'établir un cessez-le-feu», a déclaré, de la capitale kazakhe Nur-Sultan, Alexandre Lavrentiev, l'envoyé spécial de la Russie sur la Syrie, cité par des agences de presse russes. M. Lavrentiev a toutefois émis des doutes sur le respect de la trêve par les djihadistes, ajoutant que leur nombre à Idleb était «du jamais-vu».

Province pilonnée sans répit

«Et il est peu probable qu'ils arrêtent les provocations contre les forces gouvernementales. Mais si cela arrive, nous regarderons quelle sera évolution de la situation», a-t-il déclaré, selon les agences russes.

Pilonnée sans répit depuis trois mois par le pouvoir syrien soutenu par l'aviation russe, la province d'Idleb est dominée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). En septembre 2018, Ankara et Moscou s'étaient mis d'accord pour créer une «zone démilitarisée» à Idleb, qui devait servir de tampon entre territoires insurgés et ceux tenus par le régime.

Si l'accord a jusque-là permis d'éviter une offensive d'envergure du régime, il n'est que partiellement respecté, les djihadistes ayant refusé de se retirer. Plus de 400'000 personnes ont été déplacées en trois mois de bombardements du régime syrien et de ses alliés contre cette province qui accueille quelque trois millions d'habitants. (ats/nxp)

Créé: 01.08.2019, 22h07

L'ONU va enquêter sur les raids aériens en Syrie

L'ONU va enquêter sur plusieurs raids aériens dans le nord-ouest de la Syrie qui ont touché certaines installations soutenues par les Nations unies ainsi que des sites civils, a indiqué jeudi le secrétaire général Antonio Guterres. Une décision qui a provoqué l'ire de la Russie.

M. Guterres a dit espérer qu'un cessez-le-feu auquel a consenti le pouvoir syrien jeudi, sous réserve du maintien d'une zone démilitarisée russo-turque, puisse durer. «J'espère que la situation actuelle, dramatique, va prendre fin», a-t-il déclaré à des journalistes, en référence aux raids aériens.

Depuis avril, ces bombardements, par le régime syrien et son allié russe, sur la province d'Idleb, la dernière zone d'importance aux mains des djihadistes, ont entraîné la mort de 780 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Articles en relation

Idleb quotidiennement pilonnée depuis 3 mois

Syrie Dimanche, les raids du régime syrien et de la Russie ont encore tué 11 civils dans cette province dominée par les djihadistes. Plus...

L'ONU dénonce l'inaction face aux frappes

Syrie En moins de trois mois, plus de 730 civils ont été tués dans les bombardements en Syrie. Les Nations Unies tirent la sonnette d'alarme. Plus...

Des missiles «israéliens» frappent la Syrie

Moyen-Orient Le sud de la Syrie a été frappé mercredi par des tirs de missiles venus d'Israël, selon l'OSDH et un média officiel syrien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...