Passer au contenu principal

SyrieDamas sans eau courante depuis trois jours

Selon le régime, des groupes rebelles auraient attaqué les sources d'eau potable approvisionnant la ville et ses environs.

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)
AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)
Keystone
AFP
1 / 150

Les habitants de Damas étaient privés d'eau courante dimanche pour le troisième jour consécutif, les autorités accusant des groupes rebelles d'avoir «contaminé au diesel» les sources d'approvisionnement.

L'autorité en charge de la distribution d'eau potable rapportait vendredi sur son site internet «une attaque des terroristes contre toutes les sources d'eau potable qui approvisionnent Damas et ses environs», assurant que la municipalité utiliserait «des réserves» pour faire face à la crise, sans préciser lesquelles.

Dimanche, le quotidien proche du pouvoir Al-Watan a accusé sur son site internet «les groupes armés» d'avoir «contaminé au diesel l'eau potable qui arrive à Damas» depuis la région de Wadi Barada mais aussi d'Aïn al-Fijé, principale source d'eau de la capitale située à 15 km au nord-ouest de la capitale.

Pour faire face à la pénurie, l'eau courante devait être distribuée dimanche en alternance dans les différents quartiers de Damas et de sa banlieue, selon l'Autorité en charge de la distribution d'eau.

Damas et son agglomération comptent cinq millions d'habitants.

La capitale syrienne est relativement épargnée par la guerre qui ravage le pays depuis 2011 et a fait plus de 310'000 morts.

Elle est toutefois régulièrement visée par des attentats ou des obus tirés par les rebelles depuis les localités alentours.

Plus d'eau, et plus d'électricité

«L'eau est totalement coupée dans la Vieille ville de Damas depuis trois jours et nous n'avons plus d'électricité. On peut vivre sans électricité mais pas sans eau», a déploré Racha, une mère de famille de 51 ans.

Deux correspondants de l'AFP à Damas ont confirmé que l'eau était toujours coupée dimanche, après avoir été rétablie durant quelques heures seulement dans leur quartier respectif.

L'incident intervient alors que «le régime bombarde depuis plusieurs jours les régions de Wadi Barada et Aïn al-Fijé pour faire pression sur les factions islamistes et les djihadistes du front Fateh al-Cham (ex-branche syrienne d'Al-Qaïda) et leur imposer un accord de réconciliation», a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Ces derniers mois, le régime de Bachar el-Assad a réussi à reprendre plusieurs localités rebelles des environs de Damas à l'issue de ces «accords de réconciliation», qui prévoient le départ des insurgés et de leurs partisans vers la province d'Idleb (nord-ouest).

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.