Passer au contenu principal

Crise migratoire«Dangereuse surpopulation» en Grèce, selon l'ONU

L'ONU demande à la Grèce de déplacer d'urgence des milliers de requérants d'asile «inhumains» depuis les centres d'accueil sur les îles de ce pays.

Au port de Piraeus, non loin d'Athènes, ce 1er octobre 2019.
Au port de Piraeus, non loin d'Athènes, ce 1er octobre 2019.
AFP

Les «véritables camps de concentration» comme les a appelés récemment Jean Ziegler doivent être évacués, demande l'ONU à la Grèce car leur surpopulation est «dangereuse», estime l'organisation internationale.

Les arrivées par la mer vers la Grèce ont dépassé les 10'000 en septembre, le nombre par mois le plus élevé depuis 2016, a expliqué mardi devant la presse à Genève une porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR). La plupart viennent d'Afghanistan ou de Syrie. Les centres d'accueil ouverts à la demande de l'UE sont «dangereusement en surpopulation». Pour rappel, environ 1000 personnes sont décédées en Méditerranée depuis janvier.

Il y a quelques jours, le Genevois Jean Ziegler, au moment d'achever son mandat au Comité consultatif des droits de l'homme, avait dénoncé «de véritables camps de concentration» où se mêlent sous-alimentation ou manques d'accès à l'eau potable et aux soins. «La honte de l'Europe», dit-il après s'être rendu cet été sur les îles pour l'instance onusienne dont il faisait alors encore partie.

«Inadapté» et «inhumain»

Au total, 30'000 demandeurs d'asile se trouvent dans ces centres. Celui de Lesbos, avec plus de 12'500 personnes, accueille cinq fois davantage de personnes que la capacité du site. Les toilettes d'un abri informel à proximité sont partagées par 100 personnes. Dimanche, un incendie a provoqué le décès d'une femme et des tensions ont suivi avec la police.

D'autres sites accueillent même jusqu'à huit fois leurs possibilités. Le HCR dénonce une situation «inadaptée» et «inhumaine». Après l'annonce du gouvernement grec d'un dispositif pour accélérer la prise en charge de ces personnes, il demande déjà d'acheminer plus rapidement dans le reste du pays les quelque 5000 personnes autorisées à poursuivre leur demande d'asile.

Nombreux décès vers l'Italie

Plus de 4000 enfants sont sans leurs proches. Le HCR plaide pour que l'UE ouvre davantage de places de réinstallation dans des Etats tiers. La Grèce est à nouveau le pays qui reçoit le plus de migrants par la mer en Europe, avec plus de 45'000 des quelque 77'000 arrivées depuis débit janvier.

Sur la même période, le nombre total de décès en Méditerranée s'approche de 1000 et devrait dépasser pour la sixième année consécutive cette limite, a déploré de son côté un porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Celui-ci est toutefois deux fois moins important qu'il y a un an à la même période.

Deux tiers des décès ont eu lieu quand les réfugiés se rendaient vers l'Italie. Plus de 250 ont été observées sur la route de l'Espagne et plus de 60 dans l'Est de la Méditerranée, a encore insisté l'ONU.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.