Danser avec les Tsiganes à Soroca

Par monde et par VaudSur la colline de cette ville moldave, à l’ombre des palais délirants et inachevés des Roms, l’accueil passe par le cœur et le porte-monnaie

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Soroca, petite ville sur le Dniestr au nord-est de la Moldavie, possède une forteresse du XVe siècle. Mais la curiosité d’ici est la Colline aux Tsiganes. Quelque 2000 personnes y vivent sédentarisées depuis six siècles. Passés maîtres dans l’art du fer, ils ont un côté mégalo qui leur a fait construire d’immenses palais. De loin, des coupoles «champignonnent». De près, on reconnaît, ici, une réplique du Bolchoï, là, une copie de la Maison-Blanche. La colline délire architecturalement, mais bien des édifices ne sont pas achevés et les Tsiganes vivent… dans des cages à lapins au pied des palais. La guide, qui les craint, tente une explication: sous le régime soviétique, ciment et briques ne coûtaient rien.


Lire aussi : L’expert de l’Est, fan de technologie, dirige Orange Moldavie en philosophant


Nous rencontrons une dame à la peau mate cuisant ses compotes de cerises dehors au feu de bois. Plus loin, assis sous une sorte d’abribus devant leur maison, un couple nous regarde venir. Nous sympathisons et échangeons, aidés par la guide. L’humour est au menu: monsieur me propose madame avec qui, assure-t-il, il a déjà eu 12 garçons. Coronitsa et Preïde Bourak sont à la retraite et reçoivent 15 et 25 euros de rentes mensuelles. Lui, autrefois, a été ferronnier jusqu’à Tachkent. En cours de conversation, le flamenco s’inscrit après Jésus-Christ. Les voisins nous ont rejoints. Les femmes portent fichus et jupes fleuries, les hommes se contentent d’un marcel blanc.

«Coronitsa s’agite et fait ostensiblement tourner de gros seins sous sa chemise. Preïde revient avec un keffieh déguisé en Saoudien»

La sympathie l’emporte et lorsque M. Bourak met de la musique à coin, nous dansons à même la rue de terre battue. Coronitsa s’agite et fait ostensiblement tourner de gros seins sous sa chemise. Preïde revient déguisé en Saoudien avec un keffieh semblable à ceux que l’on découvre, enfant, dans les albums de Tintin. Rires. La rue vibre, surtout par les femmes. Plus loin des enfants tapent dans un ballon. Lorsque le jeune voisin au look plus occidental lance quelques billets au milieu de la sarabande, il montre la voie. Nous laisserons un peu d’argent. Belle fête sur la colline de Soroca! Abrégée par la guide nous enjoignant à partir sous prétexte de ne jamais pouvoir le faire si d’aventure nous entrions dans les maisons.

Ce que nous n’avons pu vérifier. (24 heures)

Créé: 05.08.2018, 09h25

Articles en relation

À bord de l’arche de Noé de la jungle

Par monde et par Vaud En Équateur, une fondation créée par deux Vaudois se mobilise et se bat pour préserver la biodiversité. Plus...

Les caboclos, grands oubliés de l’éden amazonien

Par monde et par Vaud À Novo Airão, sur la rive droite du rio Negro brésilien, la population survit dans des conditions souvent précaires, faute de formation et d’emplois fixes. Plus...

Splendeur, déchéance et rédemption d’une tour iconique

Par monde et par Vaud Métaphore de la société sud-africaine, la tour Ponte City symbolise à elle seule les rêves utopistes mais aussi les pires cauchemars de l’histoire contemporaine de Johannesburg. Plus...

Par monde et par Vaud

41 portraits de Vaudois autour du globe

41 portraits de Vaudois autour du globe La rédaction de «24heures» vous propose un périple haut en couleur à la rencontre de Vaudoises et de Vaudois qui se sont investis loin du pays.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.