Passer au contenu principal

Le dauphin de Morales proclamé candidat

La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce.

La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)
AFP
L'ancien président bolivien Evo Morales a officialisé lundi sa candidature au Sénat lors des élections législatives du 3 mai. (Mardi 4 février 2020)
L'ancien président bolivien Evo Morales a officialisé lundi sa candidature au Sénat lors des élections législatives du 3 mai. (Mardi 4 février 2020)
Keystone
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
Lundi à 21h00 (03h00 en Suisse mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales (photo) en tête, avec 46,87% des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa. (Lundi 21 octobre)
1 / 56

L'économiste Luis Arce, dauphin de l'ex-président bolivien Evo Morales, a été officiellement proclamé samedi candidat de son parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS) pour l'élection présidentielle du 3 mai en Bolivie.

Sous une pluie battante et devant des centaines de militants à El Alto, bastion du MAS dans les Andes, Luis Arce a critiqué le gouvernement de la présidente par intérim Jeanine Áñez qu'il a qualifiée de «golpista» (responsable d'un coup d'Etat), reprenant les critiques déjà formulées par Evo Morales.

La candidature de Luis Arce - en tête des intentions de vote - avait été annoncée par l'ancien président bolivien depuis Buenos Aires où il s'est réfugié en janvier après un mois passé au Mexique et sa démission le 10 novembre à La Paz. Cet économiste proche d'Evo Morales a été son ministre de l'Économie pendant sa présidence de 2006 à 2019.

26% des intentions de vote

Selon la dernière enquête d'opinion réalisée par le journal «Pagina Siete», Luis Arce est crédité de 26% des intentions de vote, suivi par l'ex-président centriste Carlos Mesa et par le dirigeant régional de droite Luis Fernando Camacho (17%), fer de lance du mouvement de protestation qui a provoqué la chute d'Evo Morales.

La présidente par intérim, dont la candidature a été vivement critiquée lors de la réunion de samedi, recueille 12%. Empêché d'être lui-même candidat à la présidentielle, Evo Morales, 60 ans, a officialisé lundi sa candidature au Sénat en mai.

Evo Morales s'était proclamé vainqueur du scrutin du 20 octobre, mais l'opposition avait crié à la fraude. Après plusieurs semaines de manifestations et son lâchage par la police et par l'armée, le président a annoncé sa démission le 10 novembre et les élections ont été annulées. Poursuivi dans son pays pour «sédition et terrorisme», il a fui vers le Mexique, avant de trouver refuge en Argentine.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.