David Cameron publie sa déclaration d'impôts

«Panama Papers»Le premier ministre britannique a également annoncé la création d'un groupe de travail lié aux révélations.

(Image - vendredi 9 avril 2016)

(Image - vendredi 9 avril 2016) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le premier ministre britannique David Cameron a annoncé dimanche la mise en place d'un «groupe de travail» pour enquêter sur les révélations des «Panama Papers». L'affaire touche directement David Cameron, qui a admis avoir détenu des parts dans une société offshore.

«Ce groupe de travail va réunir le meilleur de l'expertise britannique pour s'occuper de toute faute éventuelle dans le cadre des Panama Papers», a déclaré David Cameron dans un communiqué.

La «task force» sera menée conjointement par les agents du fisc britannique et l'agence Nationale contre le crime (NCA), avec l'appui de l'office de lutte contre la délinquance financière (SFO) et le gendarme financier du Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority (FCA). Elle disposera d'une enveloppe de 10 millions de livres supplémentaires.

Cameron en difficulté

«Ensemble, ces agences possèdent parmi les meilleures ressources, technologies et experts pour lutter contre le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale partout dans le monde», a précisé Downing Street.

Cette annonce intervient alors que David Cameron a été sur la défensive toute la semaine après les révélations des «Panama Papers» que son père Ian, décédé en 2010, avait dirigé un fonds d'investissements aux Bahamas. Jeudi soir, après plusieurs jours de pression, le premier ministre a fini par admettre qu'il avait détenu lui-même des parts dans cette société offshore jusqu'en 2010.

Il a reconnu samedi qu'il aurait «dû mieux gérer cette histoire». Au même moment, plusieurs centaines de manifestants réclamaient sa démission devant Downing Street (voir article en relation).

Transparence

David Cameron a décidé d'innover en devenant le premier chef d'un parti politique britannique à montrer patte blanche sur ses impôts, en l'occurrence de ces six dernières années.

La publication est destinée à prouver qu'il n'a jamais cherché à échapper au fisc, après avoir avoué tardivement jeudi soir qu'il avait bien détenu lui-même des parts dans la société offshore basée aux Bahamas de feu son père Ian jusqu'en 2010.

On apprend ainsi que le Premier ministre a payé environ 76'000 livres (102'000 francs suisses) d'impôts sur un revenu de plus de 200'000 livres (269'500 francs suisses) en 2014/15.

Des parts jusqu'à son accession au pouvoir

David Cameron, qui assure avoir vendu toutes les actions qu'il pouvait posséder au moment de prendre la tête du gouvernement en 2010, tire ses revenus de son salaire de Premier ministre et de la location de sa maison de famille à Londres, qui lui a rapporté 46'899 livres (63'300 francs suisses) sur cet exercice.

Les années précédentes, il avait également déclaré 300'000 livres reçus en héritage à la mort de son père en 2010 ainsi que deux dons de sa mère de 100'000 livres chacun. Quant aux parts qu'il détenait dans le fonds d'investissement de son père, il les a vendues en 2010 pour un gain de 19'000 livres qu'il a déclaré au fisc.

En cherchant à calmer le jeu, le Premier ministre pourrait cependant prêter le flanc à de nouvelles critiques, notamment sur sa richesse en ces temps d'austérité. L'ancien élève d'Oxford et du prestigieux collège d'Eton est déjà régulièrement accusé d'élitisme. (ats/nxp)

Créé: 10.04.2016, 03h35

Galerie photo

Les «Panama Papers» secouent le monde

Les «Panama Papers» secouent le monde 140 personnalités internationales ont utilisé des sociétés offshore pour cacher des avoirs. Les documents, regroupés sous la dénomination Panama papers, ont été exploités par une centaine de journaux.

Articles en relation

Cameron: «J'aurais dû mieux gérer cette histoire»

«Panama papers» Le premier ministre britannique a reconnu avoir possédé des parts dans la société de son père basée aux Bahamas. En Islande, les citoyens ont exigé de nouvelles élections. Plus...

L’affaire des parts offshore fragilise David Cameron

Royaume-Uni En avouant avoir bénéficié de fonds offshore, le premier ministre comptait calmer les attaques. Elles se sont démultipliées. Plus...

Cameron admet avoir détenu des fonds offshore

«Panama Papers» Le Premier ministre britannique avait bien des parts dans le fonds de son père immatriculé aux Bahamas. Il dit les avoir vendues en 2010. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.