Debaltseve, la bataille qui peut anéantir la paix

UkraineL’avenir du pays se joue sans doute dans les féroces combats pour le contrôle de la grande ville stratégique de l’Est.

Les soldats ukrainiens pilonnés par l’artillerie des forces séparatistes prorusses et russes, à Debaltseve et dans ses environs, ont aussi été bombardés de SMS les enjoignant à se rendre.

Les soldats ukrainiens pilonnés par l’artillerie des forces séparatistes prorusses et russes, à Debaltseve et dans ses environs, ont aussi été bombardés de SMS les enjoignant à se rendre. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Porochenko et ses généraux vous ont abandonnés. Ne restez pas ici, à mourir pour eux.» Ce mardi 17 février, les milliers de soldats ukrainiens pilonnés par l’artillerie des forces séparatistes prorusses et russes à Debaltseve ont aussi été bombardés de SMS les enjoignant à se rendre.

Selon la journaliste ukrainienne Anastasia Bereza, présente non loin de la zone des combats, la réception des messages provoque «plutôt des rires nerveux parmi les gars» qu’un sentiment de défaite. Elle s’ajoute néanmoins à la pression nerveuse d’un encerclement que le haut commandement ukrainien a reconnu ce mardi, moins de trois jours après l’entrée en vigueur d’un nouveau cessez-le-feu.

«Une partie de la ville a été prise par les troupes de bandits», a révélé un communiqué du Ministère de la défense. Mais l’Exécutif ukrainien ne manque pas une occasion de promettre une défense acharnée de la ville stratégique pour le contrôle de l’est du pays, et d’appeler au respect de l’accord de Minsk du 12 février. «Les espoirs du monde pour la paix sont anéantis» par cette offensive séparatiste, déplorait hier Valeriy Chaliy, chef-adjoint de l’administration présidentielle à Kiev.

La trêve reste lettre morte

Conséquence concrète de la bataille de Debaltseve, le retrait de l’armement lourd de la zone de guerre, supposé débuter deux jours après l’entrée en vigueur de la trêve, est resté lettre morte. Les deux camps s’en rejettent la faute, les Ukrainiens estimant que le cessez-le-feu doit d’abord être respecté avant d’entamer un désarmement. Un chef de guerre séparatiste, Edouard Basourin, assurant qu’il «prendrait l’initiative» de retirer ses canons de la ligne de front. Sans préciser quand.

L’explosion de violence à Debaltseve ne surprend pas. Plus d’une semaine avant le sommet de Minsk, les forces prorusses et russes avaient poussé leur avantage sur les villages alentour, «dans le but d’encercler les troupes ukrainiennes et de régler la question par la force plutôt que par des négociations», commente l’expert Constantin Mashovets.

La question qui se pose désormais est celle de la stratégie adoptée par les défenseurs ukrainiens. «Il y a quatre jours, nous aurions pu être évacués sans trop de pertes», affirme au téléphone un officier de la 128e Brigade, qui se fait appeler «Hussard». «Cela aurait nécessité une décision claire de la part de l’état-major, et l’aménagement d’un couloir sécurisé. Mais là, nous risquons la répétition d’Ilovaisk, en août, quand nos troupes avaient tenté de faire une sortie et s’étaient fait dépecer.»

Reproche

«Hussard» reproche au haut commandement ukrainien d’avoir reconnu l’encerclement de Debaltseve «après cinq jours» et de minimiser l’avancée ennemie. La mairie serait prise, «80% des combats» consisteraient en des affrontements rapprochés à l’arme légère. A Kiev, personne ne parle néanmoins d’évacuation.

«Il n’y aura plus de flotte de la mer Noire ou de base de Belbek», assénait le président Petro Porochenko au philosophe français Bernard Henri-Lévy, lors d’une conversation à la veille du sommet de Minsk. Le chef de l’Etat faisait alors référence aux positions militaires ukrainiennes en Crimée, qui étaient tombées, en mars, sans tirer un coup de feu. «Le seul avantage de la guerre, c’est que, jour après jour, on apprend à la faire.» Reste à voir si le chef des armées ukrainiennes saura perdre ses batailles, et dans quelles conditions.

Créé: 17.02.2015, 22h21

Articles en relation

Les rebelles refusent l'arrêt des combats à Debaltseve

Crise en Ukraine Malgré l'accord de cessez-le-feu, les séparatistes prorusses refusent de cesser les combats autour de la ville assiégée de Debaltseve tenue par les forces gouvernementales ukrainiennes. Plus...

Kiev et les rebelles ne veulent pas retirer leurs armes lourdes

Conflit en Ukraine Un accord de paix a été signé jeudi dernier. Alors que le cessez-le-feu n'est en fonction que depuis un peu plus d'un jour, les combats n'ont pas cessé. Plus...

L'ONU va adopter une résolution appuyant l'accord de Minsk

Ukraine L'accord de Minsk 2 prévoit que les parties au conflit s'engagent à un cessez-le-feu bilatéral en Ukraine. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.