À Kiev, les candidats échangent des coups plutôt que des idées

UkraineDimanche, les Ukrainiens choisiront entre le président sortant et un comédien.

Le président sortant Petro Porochenko (à g.) et son adversaire, le comédien Volodymyr Zelenskiy, vendredi à Kiev.

Le président sortant Petro Porochenko (à g.) et son adversaire, le comédien Volodymyr Zelenskiy, vendredi à Kiev. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Vous êtes sans doute quelqu’un de bien, Volodymyr Zelenskiy. Mais vous n’êtes pas compétent pour le poste de président et commandant en chef!» 10'000 personnes acclament la sortie du président sortant Petro Porochenko. «J’aurais une question pour vous, M. Porochenko: vous n’avez pas honte?», rétorque Volodymyr Zelenskiy, accueilli par les clameurs de 5000 partisans. Les fans zone des deux candidats sont séparées des deux côtés du stade olympique par un impressionnant cordon de sécurité. Ce 18 avril, personne n’est venu pour un débat d’idée.

«Chers Ukrainiens, je suis heureux que nous puissions enfin nous retrouver pour ce débat!», lance un Petro Porochenko enthousiaste en ouverture. «Volodymyr Zelenskiy a enfin décidé de ne plus se cacher». L’organisation d’un débat a tenu le pays en haleine depuis les résultats du premier tour, le 21 avril. Les partisans de Petro Porochenko y voyaient l’opportunité d’étaler la supposée incompétence de l’outsider Volodymyr Zelenskiy. Les hésitations du favori des sondages avaient permis au président candidat de le dénigrer comme un lâche. Petro Porochenko est ainsi arrivé en confiance au débat. En quittant sa scène pour traverser le stade et se camper sur l’estrade de Volodymyr Zelenskiy, il joue même le rôle d’unificateur.

«Dégagisme»

Derrière le comédien, ses amis et collaborateurs de son studio de divertissement. Aux côtés du président, sa famille et des vétérans de la guerre dans l’est. Une façon de se présenter, une fois encore, comme le commandant en chef d’un pays en guerre face à un jeune artiste incompétent. Mais ce n’est pas sa compétence que Volodymyr Zelenskiy cherche à promouvoir ce soir. C’est l’alternance politique et le «dégagisme» qui l’a propulsé dans les sondages. Je suis un homme simple», lance-t-il. «Je n’arrive pas à croire que je suis ici, pour débattre devant les Ukrainiens, face à un président pour lequel j’ai moi-même voté en 2014». Dans la vague de la révolution de la dignité et de l’annexion de la Crimée par la Russie, à l’heure des premiers morts dans l’est de l’Ukraine, Petro Porochenko avait été élu dès le premier tour. «Mais je me suis trompé, car il y a deux Petro Porochenko! L’un est excellent, spécialiste, diplomate. L’autre entretient la corruption au sommet de l’Etat! Il n’a pas fini la guerre comme il l’avait promis! Un Petro Porochenko promet d’ouvrir des écoles. Et l’autre ouvre en fait des magasins de sa chocolaterie Roshen!»

Petro Porochenko se prévaut d’un bilan honorable de réformes structurelles, d’une intégration européenne sur le long-terme, et d’une défense de la souveraineté nationale face à l’agression russe. Des accomplissements qui sont salués par la foule avec émotion. Il est néanmoins critiqué pour ses manquements dans la réforme du système judiciaire, et sa complaisance face à une corruption endémique. Il est donc très vulnérable aux attaques de Volodymyr Zelenskiy. Et si Petro Porochenko le fustige comme la «marionnette» de l’oligarque Ihor Kolomoiskiy, le comédien n’hésite pas lui à rappeler les circonstances troubles dans lesquelles le chef de l’Etat a fait fortune, ou encore à vilipender un président qui est encore propriétaire de sa propre chaîne de télévision. Et de lancer un avertissement inédit: «Je ne suis pas votre opposant. Je suis le verdict que les Ukrainiens font de votre mandat!» Les applaudissements redoublent.

Deux candidats à genoux

Contre les attentes de ses détracteurs, Volodymyr Zelenskiy, russophone avant tout, réussit la prouesse de ne s’adresser à la foule qu’en ukrainien, la langue officielle. Il ne retrouve son russe natal que dans de rares moments d’énervement. Comme lorsque Petro Porochenko lui reproche d’avoir proposé de s’agenouiller devant Vladimir Poutine en 2014. «C’était pour le dissuader d’attaquer l’Ukraine!», s’emporte-t-il. Et je n’ai aucune honte à m’agenouiller! Maintenant c’est devant chaque mère d’Ukraine qui a perdu un enfant à la guerre!» Et il tombe à genou sur la scène, poussant Petro Porochenko à faire de même sous les vivas d’une foule en délire. En Ukraine comme ailleurs, les débats d’entre-deux-tours affectent rarement les intentions de vote d’un électorat déjà cristallisé. Un récent sondage crédite Volodymyr Zelenskiy de 73% des intentions de vote, contre 27% pour Petro Porochenko. Le débat du 19 avril, dont nul ne sort perdant ou gagnant, ne changera probablement pas cet état de fait. Il a néanmoins offert à chaque candidat une dernière démonstration de force, qui trahit des antagonismes profonds dans la société ukrainienne sur l’avenir politique du pays. Dans la cacophonie finale, le modérateur a ainsi peiné à appeler «les derniers d’entre vous qui veulent encore écouter les autres» à entonner, ensemble, l’hymne national. (24 heures)

Créé: 19.04.2019, 23h17

Articles en relation

Qui se cache derrière la présidentielle en Ukraine?

Élection Dimanche, les Ukrainiens choisiront entre le président sortant et un comédien. Mais de puissants oligarques veillent. Plus...

En Ukraine, l'acteur qui joue au président est favori de l'élection

Surprise À l’écran, le comédien incarne ce président qu’il veut devenir dans la réalité. Premier tour dimanche d’un scrutin incertain. Plus...

En Ukraine, la corruption s’invite dans la campagne présidentielle

Élection Candidat à sa réélection, Petro Porochenko est éclaboussé par une affaire impliquant un proche collaborateur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.