Début du procès d'Amina, la Femen tunisienne

TunisieLe procès d'Amina, Femen tunisienne, s'est ouvert lundi. Accusée d'outrage et de diffamation de fonctionnaire, elle a dénoncé de mauvais traitements en prison.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Femen tunisienne Amina a comparu lundi devant la justice pour outrage et diffamation de fonctionnaire, après avoir dénoncé des mauvais traitements dans la prison où elle est incarcérée depuis deux mois. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 29 juillet.

L'audience a débuté peu avant 10 heures GMT au tribunal cantonal de M'saken (150 km au sud de Tunis) à la suite d'une plainte déposée par quatre gardiennes de prison à l'encontre d'Amina Sbouïe et une autre détenue, Rabiaâ, poursuivie pour les mêmes faits.

Alors que Rabiaâ est apparue lundi drapée, comme le veut la coutume pour les femmes jugées en Tunisie, du sefsari, le voile traditionnel blanc, Amina est apparue en T-shirt rose transparent exhibant un tatouage sur le bras.

Acquittement demandé

La défense a demandé l'acquittement et l'annulation des poursuites pour «graves vices de procédure» dans cette «affaire montée» à la suite des révélations faites par Amina et relayées par son avocate Radia Nasraoui sur des cas de torture et de mauvais traitements à l'égard de prisonnières.

«Je suis jugée parce que j'ai dénoncé la torture et la violence exercées à l'égard des détenues» a déclaré Amina à l'AFP en prenant place sur le banc des accusés.

S'adressant ensuite au juge elle a déclaré que «les tortionnaires doivent être poursuivis et condamnés», avant de lancer sous les applaudissements de ses sympathisants en quittant la salle d'audience: «la Tunisie est un Etat civil et ses femmes sont libres».

L'incident dans la prison a eu lieu alors qu'Amina, 19 ans, a réagi en voyant sa co-accusée Rabiaâ punie à la station debout durant cinq heures sous un soleil de plomb pour avoir refusé de saluer les gardiennes.

Détenue pour «raisons politiques»

Amina et sa co-accusée risquent un an de prison pour outrage à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions et six mois de prison pour diffamation, selon un des avocats de la défense Ghazi Mrabet.

Amina a été arrêtée le 19 mai pour avoir peint le mot «FEMEN» sur le muret d'un cimetière à Kairouan (centre). Condamnée alors au versement d'une amende pour possession illégale d'aérosol d'autodéfense, elle avait été maintenue en détention le temps que la justice décide d'une éventuelle inculpation pour profanation de sépulture et atteinte aux bonnes moeurs.

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a appelé à la libération conditionnelle d'Amina, estimant que la militante, qui avait fait scandale en posant seins nus à la manière des Femen en mars, était détenue pour des «raisons politiques». (afp/nxp)

Créé: 22.07.2013, 15h12

Articles en relation

Les locaux des Femen à Paris ont brûlé

Sinistre Les locaux des Femen à Paris ont été endommagés par un incendie, dont la cause serait d'origine accidentelle. Plus...

Quand les Femen inspirent la République française

Polémique La sortie en France d'un nouveau timbre à l'effigie de Marianne, symbole de la République, fait débat. Ses traits ont été inspirés par une Ukrainienne cofondatrice du mouvement controversé Femen. Plus...

Les trois militantes Femen sont arrivées en France

Libération Les trois militantes européennes du groupe féministe Femen libérées dans la nuit, à Tunis, après près d'un mois de détention pour une action seins nus, sont arrivées ce jeudi à l'aéroport de Paris-Orly. Plus...

Sursis pour les Femen en Tunisie, bientôt libérées

Procès Les trois militantes européennes de Femen emprisonnées en Tunisie ont été condamnées mercredi en appel à une peine avec sursis, a indiqué leur avocat tunisien Souhaib Bahri. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...