Après la défaite, Corbyn prend du recul

Royaume-UniLe Labour a subi une lourde défaite aux élections législatives jeudi, poussant Jeremy Corbyn à en quitter la direction.

«Je ne conduirai pas le parti lors d'une quelconque élection», a concédé le chef de l'opposition.

«Je ne conduirai pas le parti lors d'une quelconque élection», a concédé le chef de l'opposition. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A la tête des travaillistes, Jeremy Corbyn rêvait d'un Royaume-Uni à gauche toute mais a refusé de se prononcer sur le Brexit, événement historique pour son pays. Sur un siège éjectable après une défaite cuisante, il est désormais réduit à penser à sa succession.

«Je ne conduirai pas le parti lors d'une quelconque élection», a concédé le chef de l'opposition, depuis sa circonscription d'Islington, dans le nord de Londres, où il a remporté à 70 ans un 10e mandat. Mais il restera à son poste le temps que soit menée une «réflexion sur le résultat du scrutin et sur sa future politique», a assuré cet ancien militant syndical, rejetant les appels à un départ immédiat.

Sa défaite historique laisse le Labour face au choix radical de maintenir sa ligne gauchisante, qui a attiré de nombreux jeunes dans ses rangs, ou revenir à la sociale-démocratie triomphante des années Tony Blair.

Les milieux financiers voient en Jeremy Corbyn un dangereux marxiste synonyme de chaos économique, la communauté juive l'a accusé d'avoir laissé prospérer l'antisémitisme parmi les militants. Surtout, son ambiguïté sur le Brexit lui a attiré les critiques des «Brexiters» comme des «Remainers».

Ce socialiste revendiqué à la courte barbe blanche a malgré tout mené campagne sans dévier, promettant nationalisations et milliards pour les services publics, avec le pari de convaincre des électeurs épuisés par une décennie d'austérité conservatrice. Comme il avait pris en 2015 la tête de son parti sans qu'on le voie venir.

«Neutre» sur le Brexit

Eurosceptique dans un parti dont les députés sont majoritairement europhiles, Jeremy Corbyn a choisi d'entretenir l'ambiguïté face au Brexit, voté par 52% des Britanniques en juin 2016. Il promettait de négocier un nouvel accord de sortie de l'Union européenne plus favorable aux droits des travailleurs, qu'il soumettrait à un référendum avec comme alternative le maintien dans l'UE. Pressé de se prononcer, il avait fini par expliquer qu'il serait «neutre» pendant une telle campagne.

«La question n'est pas seulement de savoir si Jeremy Corbyn peut survivre comme chef mais qui va lui succéder», a observé Sara Hobolt, professeur à la London School of Economics. Elle a relevé cependant qu'un changement de dirigeant ne signifiait pas forcément un changement d'orientation pour un parti dont les membres se situent fermement à gauche.

Coupant court à tout débat sur le positionnement idéologique du parti, Jeremy Corbyn a averti vendredi: «les questions de la justice sociale et des besoins du peuple ne vont pas disparaître». Ses alliés ont aussitôt resserré les rangs autour du besoin de maintenir une ligne à gauche. «Nous allons maintenir le Labour socialiste», a martelé Momentum, le groupe militant radical qui le soutient.

Cycliste végétarien

Né le 26 mai 1949, Jeremy Corbyn a développé son sens de l'engagement politique auprès de ses parents, un ingénieur et une enseignante, tombés amoureux lors d'une manifestation contre la guerre civile espagnole (1936-39). Elevé dans l'ouest de l'Angleterre, le jeune homme ne se passionne guère pour les études. Après avoir décroché son bac, il part deux ans en Jamaïque pour le compte d'une association caritative.

A son retour, il s'installe à Islington, quartier du nord de Londres à l'époque coeur de la contestation gauchiste, désormais très boboïsé. Il y vit toujours dans une maison modeste, avec sa troisième épouse, une Mexicaine de 20 ans plus jeune que lui. Végétarien, Corbyn, père de trois enfants, revendique une vie «très normale» et se déplace à vélo.

Il avait pris en 2015 la tête de son parti sans qu'on le voie venir, créant la surprise. Il se distingue alors par le grand coup de barre à gauche qu'il impulse au parti. Il y avait jusque là joué un rôle marginal de rebelle et n'a jamais été ministre pendant les treize ans où le Labour était au pouvoir, de 1997 à 2010 sous Tony Blair puis Gordon Brown. Militant pro-palestinien de longue date, il a vu revenir avec une force renouvelée pendant la campagne les accusations d'avoir laissé s'enraciner l'antisémitisme au sein du parti. (afp/nxp)

Créé: 13.12.2019, 05h03

La cheffe du Parti libéral démocrate, pro-UE, perd son siège

La cheffe du Parti libéral démocrate, une formation pro-UE, a perdu son siège de députée lors des élections législatives au Royaume-Uni, marquées par une victoire écrasante du Parti conservateur du Premier ministre Boris Johnson. Jo Swinson, qui avait promis d'annuler le Brexit si elle était élue, a été battue dans la circonscription d'East Dunbartonshire, dans l'ouest de l'Ecosse, par le candidat indépendantiste écossais du SNP.

Articles en relation

Boris Johnson obtient la majorité absolue

Législatives Selon les résultats officiels, le Premier ministre britannique a remporté les législatives et va pouvoir mettre en place le Brexit. Plus...

Boris Johnson et Jeremy Corbyn jouent leur va-tout

Royaume-Uni Boris Johnson espérait un triomphe dans les urnes afin de valider son projet de Brexit mais la récente progression du Labour dans les sondages a terni son enthousiasme. Plus...

Brexit: Johnson et Corbyn s'écharpent à la télé

Élections britanniques Le Premier ministre et son rival travailliste ont débattu pour la première fois mardi soir en vue des législatives du 12 décembre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...