Passer au contenu principal

La défense de Tariq Ramadan contre-attaque

L'avocat de l'islamologue a demandé de publier un communiqué pour rétablir certains faits.

L'islamologue suisse de 57 ans arrive au tribunal de Paris, en compagnie de sa femme et de son avocat, pour être entendu pour des accusations de viols. (Jeudi 13 février 2020)
L'islamologue suisse de 57 ans arrive au tribunal de Paris, en compagnie de sa femme et de son avocat, pour être entendu pour des accusations de viols. (Jeudi 13 février 2020)
AFP
Tariq Ramadan était convoqué le 23 janvier, mais il avait fait ce jour-là un malaise au rez-de-chaussée du tribunal et l'audition avait été annulée. (Jeudi 13 février 2020)
Tariq Ramadan était convoqué le 23 janvier, mais il avait fait ce jour-là un malaise au rez-de-chaussée du tribunal et l'audition avait été annulée. (Jeudi 13 février 2020)
AFP
Les faits décrits par ces ex-élèves genevoises sont prescrits. Aucune plainte n'a été déposée en Suisse pour l'instant. (3 novembre 2017)
Les faits décrits par ces ex-élèves genevoises sont prescrits. Aucune plainte n'a été déposée en Suisse pour l'instant. (3 novembre 2017)
1 / 44

L'avocat de Tariq Ramadan a saisi jeudi le Parquet de Paris pour qu'il «rectifie» les «fausses informations» circulant selon lui sur son client, en particulier dans la presse. L'islamologue suisse est visé en France par trois plaintes pour viols.

Le théologien a été transféré il y a une semaine de la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), où il est en détention provisoire, à une unité surveillée de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, en raison de son état de santé.

Me Emmanuel Marsigny a déclaré à Reuters avoir demandé par lettre au procureur de la République de Paris de publier un communiqué «pour corriger les informations parcellaires et inexactes relayées par la presse» concernant son client. Il souhaite que le parquet fasse ainsi cesser «une campagne de désinformation incompatible avec le respect de la présomption d'innocence et le nécessaire équilibre des droits des parties».

«Contredits par les investigations»

«Des éléments présentés par la presse comme acquis ou confirmés sont en réalité contredits par les investigations déjà réalisées et infirmés par certains témoins cités par les plaignantes elles-mêmes», ajoute Me Marsigny.

A ce jour, trois femmes ont porté plainte en France contre Tariq Ramadan. La première, Henda Ayari, une ex-salafiste, accuse Tariq Ramadan de l'avoir agressée en marge d'un congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) en 2012.

La deuxième, quadragénaire convertie à l'islam, handicapée depuis un accident de voiture, a dit aux enquêteurs avoir subi des violences sexuelles dans une chambre d'hôtel à Lyon en 2009. La troisième est une ancienne escort-girl de 45 ans. Une quatrième femme a par ailleurs porté plainte aux Etats-Unis pour agression sexuelle contre le petit-fils du fondateur égyptien des Frères musulmans Hassan el-Banna.

Renforcement des défenses

Me Marsigny accuse notamment les deux premières plaignantes d'avoir menti en affirmant qu'elles ne se connaissaient pas, alors qu'elles seraient, assure-t-il, en contact. «Quand on demande à l'une de décrire la chambre d'hôtel à Paris (où auraient eu lieu les faits), elle décrit une chambre d'hôtel qui n'a rien à voir», ajoute-t-il. «On dit qu'il y a un certificat médical pour la plaignante de Lyon corroborant ce qu'elle dit, mais le certificat médical dit l'inverse.»

Du côté des plaignantes, l'heure est aussi au renforcement des défenses. Les deux avocats rouennais qui assuraient la défense de deux d'entre elles ont ainsi été remplacés par une équipe de trois conseils autour de Me Francis Szpiner, dont l'ex-ministre UMP (parti devenu Les Républicains) François Baroin, membre du cabinet de ce dernier.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.