Passer au contenu principal

SécuritéLa Gay Pride à Marseille ne défilera pas

Pour des raisons de sécurité et après la tragédie de Nice, la Marche des fiertés ne défilera pas.

«Dans le contexte actuel, il était compliqué de sécuriser un défilé de l'ampleur» de la Gay Pride, a précisé une source policière.
«Dans le contexte actuel, il était compliqué de sécuriser un défilé de l'ampleur» de la Gay Pride, a précisé une source policière.
archive/photo d'illustration, AFP

Les organisateurs de la traditionnelle Gay Pride marseillaise ont annoncé mercredi renoncer à leur défilé annuel, transformé, pour des raisons «de sécurité», en un rassemblement fixe le 3 septembre.

La Marche des fiertés devait initialement se tenir le 16 juillet, mais avait été reportée en raison de l'attentat de Nice, l'avant-veille.

«L'impératif de sécurité (...) nous contraint à adapter la marche sous la forme d'un rassemblement fixe», ont annoncé les organisateurs, réunis au sein du collectif Idem, sur Facebook.

«Cette situation, qui crée un précédent en restreignant notre liberté de manifester, appelle une réaction de notre part. Notre rassemblement sera une réponse militante aux conditions restrictives qui nous sont imposées», ajoutent-ils.

La marche doit être l'occasion d'appeler «à la défense des droits des personnes LGBTQI (lesbiennes, gays, bis, trans, queer et intersexués) et des libertés démocratiques», poursuivent-ils.

Lieu plus facile à sécuriser

La décision a été prise en concertation avec les autorités, a précisé l'un des responsables du collectif Idem, Arnaud Bordas. «On comprend le contexte actuel, mais on ne veut pas que (le fait de renoncer aux défilés) devienne une habitude», a-t-il ajouté.

Les participants se réuniront dans le Parc Longchamp, un vaste espace vert central, ce lieu public clos étant plus facile à sécuriser qu'une avenue.

«Dans le contexte actuel, il était compliqué de sécuriser un défilé de l'ampleur» de la Gay Pride, a précisé une source policière.

Pour le défilé de juillet, les organisateurs espéraient réunir 10'000 personnes, mais s'attendent désormais à une fréquentation plus faible.

Début juillet, la Gay Pride parisienne s'était tenue sous haute sécurité, après l'attaque djihadiste dans un club gay d'Orlando, aux Etats-Unis, qui a fait 49 morts le 12 juin.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.