Demande de libération sous caution rejetée

Affaire GhosnMardi, un tribunal japonais a estimé que le PDG de Renault ne pouvait être libéré, en raison du risque de destruction de preuves.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tribunal de Tokyo a rejeté mardi la demande de libération sous caution de Carlos Ghosn, nouvelle tentative infructueuse des avocats du PDG de Renault détenu au Japon pour des malversations financières présumées.

Le tribunal a estimé qu'il y avait un risque de destruction de preuves, a précisé la chaîne de TV publique NHK.

Accusation la plus grave

Le dirigeant de 64 ans, arrêté le 19 novembre à Tokyo, a fait l'objet vendredi de deux nouvelles inculpations, pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018. C'est la première accusation qui est jugée la plus grave.

L'avocat peut faire appel de ce refus de remise en liberté, mais si la décision de le maintenir en prison est confirmée par un deuxième juge, Carlos Ghosn restera en détention provisoire au moins jusqu'au 10 mars. Cette mesure pourra être étendue sur demande du procureur par période reconductible d'un mois.

Séance exceptionnelle

Vendredi, le tribunal a cependant autorisé les visites de sa famille, en plus de celles de ses avocats et du personnel consulaire de la France, du Liban et du Brésil, les trois pays dont il est citoyen.

Carlos Ghosn a comparu la semaine dernière pour la première fois devant la justice: amaigri et menotté jusqu'à l'entrée dans la salle d'audience, il s'était dit «faussement accusé», démentant les allégations point par point.

Au cours de cette séance exceptionnelle, le juge avait déjà justifié son emprisonnement prolongé par un risque de fuite et d'altération des preuves. Le procès de Carlos Ghosn, qui risque en théorie jusqu'à 15 ans de prison, n'aura pas lieu avant des mois. (afp/nxp)

Créé: 15.01.2019, 07h55

Articles en relation

L'épouse de Ghosn écrit à Human Rights Watch

Justice La femme de Carlos Ghosn a écrit à Human Rights Watch pour dénoncer les conditions de détention de son mari, incarcéré au Japon. Plus...

Carlos Ghosn: une proche a touché 500'000 euros

Japon Mouna Sepehri, proche de Carlos Ghosn et directrice déléguée à la présidence de Renault, est soupçonnée de fraude. Renault dénonce une «campagne de déstabilisation orchestrée» Plus...

Ghosn inculpé pour abus de confiance

Japon Le patron de Renault est inculpé par la justice japonaise pour abus de confiance et revenus minorés. Son avocat va demander une libération sous caution. Plus...

L'audit de Renault parle de «conformité»

Affaire Carlos Ghosn Le constructeur français Renault a révélé jeudi soir la teneur de l'audit interne sur les rémunérations de son PDG, Carlos Ghosn. Plus...

Ghosn fiévreux, les auditions suspendues

Japon Les auditions du patron de Renault, toujours en garde à vue au Japon, ont dû être suspendues jeudi car il est fiévreux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.