Un demi-million de déplacés en deux mois

SyrieQuelque 500'000 personnes ont fui le nord-est du pays où l'offensive du pouvoir et de son allié russe fait rage depuis plusieurs semaines.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un demi-million de personnes ont été déplacées depuis deux mois dans le nord-ouest de la Syrie, où le pouvoir de Bachar el-Assad et son allié russe poursuivent une offensive contre les djihadistes et les rebelles, a annoncé l'ONU ce mardi.

«Depuis le 1er décembre, quelque 520'000 personnes ont été déplacées (...), la vaste majorité d'entre eux -80%- sont des femmes et des enfants», a indiqué David Swanson, un porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha).

Soutenu par l'aviation de Moscou, le régime poursuit depuis plusieurs semaines une offensive qui lui a permis de reconquérir plusieurs villes et localités de la province d'Idleb et de ses environs, faisant fi de trêves qui sont restées finalement lettre morte.

«Les violences quasi-quotidiennes (...) ont causé des souffrances injustifiables pour des centaines de milliers de personnes vivant dans le secteur», a souligné David Swanson. «Cette dernière vague de déplacement aggrave une situation humanitaire déjà désastreuse sur le terrain», a-t-il déploré. La «majorité» des déplacés fuient «les zones de front» dans le sud de la province d'Idleb, a précisé David Swanson.

«La plupart des nouveaux déplacés se rendent dans des zones urbaines et des camps de déplacés dans le nord-ouest d'Idleb», ou encore dans des territoires du nord de la région voisine d'Alep, près de la frontière avec la Turquie, selon lui. La moitié des personnes qui vivaient ces dernières années dans la province d'Idleb étaient des Syriens qui avaient dû fuir d'autres régions du pays reprises par le régime.

Cette province et certaines zones des régions voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié, sont dominées par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). Des groupes rebelles y sont aussi présents.

La région d'Idleb a déjà été le théâtre d'une offensive d'envergure entre avril et août 2019 ayant tué près d'un millier de civils, selon l'OSDH. Le pouvoir syrien, qui contrôle désormais plus de 70% du pays, s'est dit déterminé à reconquérir l'intégralité du secteur. La Syrie est ravagée depuis 2011 par un conflit qui a fait plus de 380'000 morts et des millions de déplacés. (ats/nxp)

Créé: 04.02.2020, 10h32

Articles en relation

Les forces du régime «aux portes» d'une ville clé

Syrie Selon une ONG, elles sont à deux pas de Maaret al-Noomane, la 2e plus grande ville de la province d'Idleb, tenue par les djihadistes. Plus...

Intensification des combats à Idleb: 235'000 déplacés

Syrie En 11 jours, plus de 235'000 syriens ont fui leurs habitations en raison de l'amplification des combats dans la région d'Idleb. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.