Scaramucci forcé à la démission après 10 jours

Etats-Unis Le nouveau directeur de communication de Trump, fraîchement nommé, a été forcé de partir à la demande de John Kelly.

M. Scaramucci avait insulté plusieurs collaborateurs du président Trump lors d'une interview la semaine passée. (Lundi 31 juillet 2017)

M. Scaramucci avait insulté plusieurs collaborateurs du président Trump lors d'une interview la semaine passée. (Lundi 31 juillet 2017)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'accalmie n'aurait pas pu être plus courte. Le jour même où la Maison Blanche accueillait son nouveau secrétaire général John Kelly pour redonner de la sérénité à une administration désorientée, le directeur de la communication de Donald Trump a quitté ses fonctions.

Au petit matin lundi, Donald Trump avait pourtant tenté de rassurer et insisté sur le fait qu'il n'y a «pas de chaos à la Maison Blanche».

Quelques heures plus tard, Anthony Scaramucci, qui a repris avec fracas la communication de l'exécutif il y a dix jours seulement, quittait son poste.

«Anthony Scaramucci a senti qu'il était mieux de laisser au secrétaire général John Kelly une page vierge et la capacité de monter sa propre équipe», a déclaré la porte-parole de l'exécutif Sarah Sanders dans un communiqué. Celle-ci a précisé lundi face à la presse que le désormais ex-directeur de la communication de la Maison Blanche n'y aurait pas d'autre poste. Il quitte donc bel et bien les services de l'exécutif, quelques jours après son arrivée.

Langage «fleuri»

Il semble qu'Anthony «The Mooch» Scaramucci ait été victime d'un remaniement orchestré par le nouveau secrétaire général de la Maison Blanche, John Kelly, dont la prestation de serment a eu lieu lundi matin. Le financier de Wall Street a défrayé la chronique la semaine dernière à cause d'une interview dans laquelle il déversait une bordée de propos aussi injurieux que vulgaires sur des collaborateurs du président Trump.

«The Mooch» qualifiait notamment de «putain de schizophrène paranoïaque» l'ancien secrétaire général de la Maison Blanche, Reince Priebus, qui a démissionné dans la foulée. Il s'en est également pris dans un langage qu'il avoue volontiers «fleuri» à Steve Bannon, conseiller stratégique du président.

«Le président était convaincu que les commentaires d'Anthony étaient inappropriés pour une personne à ce poste et ne voulait pas accabler le général Kelly» de cet héritage rhétorique, a ajouté Sarah Sanders.

Remaniement à la Maison blanche

Ce départ retentissant intervient alors que le nouveau «Chief of Staff» John Kelly prend ses fonctions pour remettre de l'ordre dans une équipe gouvernementale minée par les échecs et les doutes. L'ancien général des Marines, un homme à poigne jusqu'ici ministre de la Sécurité intérieure, a ainsi été propulsé plus proche collaborateur du président républicain.

John Kelly «fera un travail spectaculaire, je n'ai aucun doute, en tant que secrétaire général», a promis le milliardaire républicain en marge de la prestation de serment. «Ce qu'il a accompli en matière de sécurité intérieure a brisé les records, si vous regardez la frontière, si vous regardez les résultats extraordinaires que nous avons obtenus».

Semaine cauchemardesque

Le président républicain a besoin de faire oublier la semaine cauchemardesque qui vient de s'écouler, marquée par une succession retentissante de revers politiques et un incroyable déballage des querelles intestines, initié par Anthony Scaramucci.

Surtout, Donald Trump a essuyé un échec humiliant au Sénat sur la réforme de la santé, incapable de se débarrasser comme il l'avait promis d'Obamacare, malgré un Congrès dont les républicains contrôlent les deux chambres.

Symbole d'une majorité parlementaire avec laquelle il a du mal à trouver le bon ton, c'est le très respecté sénateur républicain John McCain qui a torpillé la réforme, d'une voix.

Lundi, le milliardaire a tenté de remobiliser sa base et son camp, voyant dans un tweet matinal son premier semestre à la tête des Etats-Unis sous un angle résolument positif: «record de la Bourse, meilleures statistiques économiques depuis des années, chômage au plus bas depuis 17 ans, salaires en hausse, frontière sécurisée, C.S. (Cour suprême, NDLR)».

Nombreux chantiers

Les chantiers ne manquent pas pour l'administration Trump, notamment la réforme de la santé, une priorité républicaine depuis des années. La Maison Blanche est également confrontée à plusieurs casse-têtes diplomatiques, que ce soit avec Téhéran, Pyongyang ou Moscou.

Nouvel exemple dimanche, lorsque le président russe Vladimir Poutine a annoncé que le personnel diplomatique des Etats-Unis en Russie devra être réduit de 755 personnes, une décision «injustifiée» selon Washington.

M. Trump a bien tenté de réchauffer les relations américaines avec la Russie, mais celles-ci n'ont jamais été aussi mauvaises depuis la Guerre froide, tandis que l'affaire russe continue d'empoisonner sa présidence. Anthony Scaramucci reprochait justement à Reince Priebus d'avoir orchestré des fuites vers la presse, notamment sur ce dossier. (afp/nxp)

Créé: 31.07.2017, 22h19

Articles en relation

Le chef de la com' de la Maison Blanche se lâche

Etats-Unis Dans des propos rapportés par un journaliste du New Yorker, Anthony Scaramucci insulte tour à tour des collaborateurs. Plus...

Scaramucci efface tous ses tweets anti-Trump

Etats-Unis Le nouveau directeur de la Communication de la Maison Blanche a fait le ménage sur le réseau social. Plus...

«Trump n'est pas élitiste, il mange de la pizza!»

Etats-Unis Dans une interview donnée à la BBC, le directeur de communication du président américain explique pourquoi son supérieur est proche du peuple. Vidéo. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...