Immeuble démoli: «Je veux mourir ici»

IsraëlQuatre immeubles dans la région de Sour Baher, près de Jérusalem, sont cernés par la police et l'armée. Une pelleteuse a commencé à démolir les bâtiments.

Une pelleteuse a commencé la démolition d'un immeuble de deux étages inachevé.

Une pelleteuse a commencé la démolition d'un immeuble de deux étages inachevé. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Israël a entamé lundi la démolition de logements de Palestiniens qu'il juge illégaux au sud de Jérusalem, à proximité de la barrière de séparation qui isole la Ville sainte de la Cisjordanie occupée, une opération dénoncée côté palestinien et qui a suscité l'inquiétude de l'ONU.

Avant l'aube, plusieurs centaines de policiers et soldats ont bouclé au moins quatre bâtiments à Sour Baher, quartier à cheval entre Jérusalem et la Cisjordanie, territoire occupé depuis 1967 par Israël.

Résidents et activistes ont été évacués et la presse tenue à distance avant que commencent les démolitions, tôt lundi matin. Les crans d'acier des pelleteuses ont alors dévoré au moins trois immeubles de plusieurs étages, dont deux inachevés, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

«Je veux mourir ici», criait un homme, après avoir été évacué de force.

«Lorsque la maison sera démolie, nous serons à la rue», a déclaré à l'AFP un autre habitant, Ismaïl Abadiyeh, 42 ans, qui vit dans l'un des bâtiments menacés avec ses quatre enfants.

Accords violés

Israël affirme que les immeubles visés ont été construits très près de la barrière de séparation dont il a commencé la construction en 2002, pendant les violences de la seconde Intifada (soulèvement palestinien), pour se protéger des attaques venues de Cisjordanie occupée.

Les Palestiniens accusent de leur côté Israël d'utiliser la sécurité comme prétexte pour les contraindre à abandonner la zone et élargir les colonies israéliennes et les routes les reliant entre elles. Ils dénoncent également une violation de tous les accords signés avec Israël.

«D'abord Israël occupe militairement les terres, puis construit ce mur hideux de l'apartheid, puis décide de démolir les maisons palestiniennes, construites sur des terres palestiniennes avec des permis palestiniens légaux, à cause de leur proximité avec le mur !», a condamné la responsable palestinienne Hanan Ashrawi sur Twitter.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné ces démolitions comme «une dangereuse escalade contre le peuple palestinien sans défense». «Cette opération est destinée à couper Jérusalem de Bethléem» dans le sud de la Cisjordanie, a affirmé Walid Assaf, ministre palestinien en charge de la surveillance des colonies israéliennes, dans une vidéo tournée sur place lundi matin.

«Risque pour la sécurité»

Le ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, a accusé les Palestiniens de «mentir», soulignant que les démolitions avaient été validées par la Cour suprême israélienne après un long processus judiciaire.

«Les structures ont été construites illégalement près de la barrière de sécurité et constituent un risque pour les vies des civils et des forces de sécurité», a tweeté Gilad Erdan, citant la décision de la Cour suprême, affirmant que les démolitions devraient être achevées dans la journée.

Depuis 1967, Israël occupe la Cisjordanie et Jérusalem-Est, qui a par la suite été annexé, une décision qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

L'Etat hébreu a commencé à construire une «barrière de sécurité» au début des années 2000, pour se protéger des attaques venues de Cisjordanie. A terme, l'ouvrage doit atteindre 712 km de long.

Pour les Palestiniens, cette barrière, constituée de barbelés, fossés, clôtures électroniques et murs de béton atteignant jusqu'à neuf mètres de haut est un «mur de l'apartheid» qui entrave leur vie quotidienne. Son tracé se trouve à 85% en Cisjordanie et isole 9,4% du territoire palestinien, selon l'ONU.

Des dizaines d'autres bâtiments concernés

Le 18 juin, les autorités israéliennes avaient informé certains résidents du quartier de Sour Baher de leur intention de démolir leurs habitations, leur donnant 30 jours pour évacuer les lieux.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), cette décision concerne 10 bâtiments, dont la plupart sont encore en construction, dont environ 70 appartements. Environ 350 personnes sont concernées et 17 autres seront déplacées, selon l'Ocha.

Le «déplacement, notamment pour les plus vulnérables, est traumatisant et a des conséquences durables», a mis en garde l'ONU avant les démolitions.

Une vingtaine de diplomates, représentant 20 pays majoritairement européens, se sont rendus le 16 juillet dans ce quartier de la région de Jérusalem, où des responsables palestiniens les ont appelés à empêcher Israël de démolir ces habitations.

Les habitants de Sour Baher ont aussi dit craindre que cent autres bâtiments de leur quartier ne soient également menacés dans un avenir proche.

Les autorités israéliennes démolissent régulièrement ce qu'elles considèrent comme une construction illégale de maisons palestiniennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée.

Les Palestiniens affirment qu'il est presque impossible d'obtenir des permis de construire de la part des autorités israéliennes et qu'il en résulte une pénurie de logements.

Mais dans le cas de Sour Baher, certains bâtiments avaient été construits avec des permis palestiniens, les terrains sur lesquels ils se trouvent étant sous autorité palestinienne, selon les accords d'Oslo.

(afp/nxp)

Créé: 22.07.2019, 07h31

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Galerie photo

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences La décision du président américain de reconnaître Jérusalem le 7 décembre 2017 comme la capitale d'Israël provoque une vague de violences entre Palestiniens et Israéliens.

Articles en relation

L'une des plus vieilles mosquées rurales

Israël C'est une découverte rare qui a été faite dans la ville de Rahat, proche de la ville israélienne de Beer Sheva. Plus...

Une ancienne ville biblique découverte en Israël

Archéologie Des fouilles archéologiques ont permis de trouver une ancienne ville philistine dans le centre d'Israël. Plus...

Des frappes israéliennes tuent six civils

Syrie Des raids aériens menés par Israël ont fait quinze morts dimanche près de Damas. Un enfant de trois ans fait partie des victimes. Plus...

Des milliers d'Israéliens défilent contre Netanyahu

Israël Des manifestations ont eu lieu samedi soir à Tel-Aviv contre le Premier ministre israélien, accusé de corruption par le pouvoir judiciaire. Plus...

Une colonie au nom de Trump sur le Golan occupé

Israël Le premier ministre israélien a annoncé dimanche avoir trouvé le lieu adéquat pour fonder une implémentation en l'honneur du président américain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.