Dernière conférence de presse pour Obama

Etats-UnisLe président américain sortant a plaidé mercredi pour des «relations constructives avec la Russie».

Obama rappelle "l'intérêt" de liens "constructifs" avec Moscou. (Mercredi 18 janvier 2017)
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président sortant Barack Obama a déclaré mercredi qu'il est dans «l'intérêt de l'Amérique» d'avoir des «relations constructives avec la Russie». Il a fait cette déclaration lors de sa dernière conférence de presse à la Maison Blanche.

«Cela a été mon approche (de la question) pendant ma présidence», a poursuivi le 44e président américain. «Là où nos intérêts ont convergé, nous avons travaillé ensemble». «Je pense qu'il est dans l'intérêt de l'Amérique et du monde d'avoir une relation constructive avec la Russie», a-t-il insisté.

Deux jours avant l'investiture du républicain Donald Trump, qui souhaite réchauffer les relations glaciales entre la Maison Blanche et le Kremlin, Barack Obama a toutefois assuré que cette vision s'est heurtée à une «escalade du discours anti-américain» lorsque Vladimir Poutine est revenu à la présidence russe en 2012, menant à une relation Washington-Moscou plus «antagoniste» et «difficile».

Les remarques du président Obama interviennent sur fond de polémique aux Etats-Unis sur l'interférence, dénoncée par les services de renseignement américains, de Moscou dans la campagne présidentielle remportée par Donald Trump.

Inquiétude pour le Proche-Orient

Barack Obama s'est par ailleurs dit «profondément inquiet» face au conflit israélo-palestinien, lors de sa dernière conférence de presse avant de passer le pouvoir à Donald Trump, qu'il a mis en garde contre une situation potentiellement «explosive».

Je suis inquiet parce que j'estime que le statu quo est intenable, qu'il est dangereux pour Israël, mauvais pour les Palestiniens, mauvais pour la région et mauvais pour la sécurité aux Etats-Unis«, a déclaré le président sortant.

Evoquant son successeur, qui a promis d'installer l'ambassade américaine à Jérusalem dans un geste hautement controversé, il a mis en garde contre le fait de mener des »mouvements unilatéraux soudains« dans un »environnement explosif«.

Après avoir investi »beaucoup de temps, beaucoup d'énergie« dans le conflit israélo-palestinien, Barack Obama a dit craindre de voir disparaître la possibilité d'une solution à deux Etats. »Je ne vois pas comment ce problème peut être résolu en faisant qu'Israël demeure à la fois un Etat juif et démocratique«, a-t-il prévenu.

Peine commuée

L'affaire Chelsea Manning, dont le président américain a commué la peine mardi, a également été abordée en conférence de presse. «Je n'ai aucun problème à dire que justice à été rendue, car Chelsea Manning a purgé une dure peine de prison, elle a été jugée (...), elle a admis sa responsabilité pour son crime, la peine qu'elle a reçue était très disproportionnée par rapport à celles d'autres lanceurs d'alerte», a-t-il ajouté.

La militaire transsexuelle, qui s'appelait Bradley Manning au moment des faits reprochés, sera libérée le 17 mai. Elle avait été condamnée en août 2013 pour avoir transmis plus de 700'000 documents confidentiels au site WikiLeaks.

Valeurs fondamentales

Barack Obama a ensuite réaffirmé mercredi qu'il pourrait s'exprimer publiquement après son départ si «les valeurs fondamentales» de l'Amérique étaient en jeu. «Il y a une différence entre le fonctionnement de la politique au quotidien et certains problèmes ou périodes qui pourraient affecter nos valeurs fondamentales», a-t-il expliqué.

«Je mets dans cette catégorie la discrimination systématique (...), les obstacles faits aux personnes en capacité de voter, d'exercer leurs droits, (...) les initiatives institutionnelles pour faire taire la presse d'opposition, et les initiatives visant à (...) envoyer ailleurs des enfants qui ont grandi ici», a précisé le président sortant. «Ce serait quelque chose qui mériterait que je m'exprime», a-t-il ajouté.

En famille

Il a par ailleurs réitéré qu'il souhaitait après son départ écrire et profiter de sa famille. «Je veux écrire. Je veux être un peu silencieux (...) et passer du temps avec mes filles», et aussi «m'assurer que ma femme (...) veuille bien me supporter un peu plus longtemps», a déclaré Barack Obama, soulignant qu'il allait célébrer cette année ses 25 ans de mariage avec son épouse Michelle. (ats/nxp)

Créé: 18.01.2017, 23h27

Articles en relation

Obama commue la peine de Chelsea Manning

Etats-Unis L'ex-taupe de WikiLeaks, qui avait été condamnée à 35 ans de prison en 2013, sera libérée en mai prochain. Plus...

Des vacances au chaud pour Barack Obama

Etats-Unis Dès vendredi, le quinquagénaire débutera ses premières vacances d'ex-président à Palm Springs. Plus...

Obama célèbre le club préféré de sa femme

Baseball Le président américain sortant a salué l'exploit des Cubs de Chicago, dans une ambiance bon enfant. Plus...

Trump voudra très vite effacer le bilan d'Obama

USA La réforme santé du président sortant devrait subir les foudres du nouveau président qui voudra aussi prendre en main le dossier des clandestins. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.