Dernière exécution de l'année aux USA

TexasUn homme de 46 ans a subi une injection létale mercredi soir au Texas. C'est le dernier prévenu de l'année à être exécuté dans le pays.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Texas a procédé mercredi à la dernière exécution de l'année 2019 aux Etats-Unis, où la peine capitale a été appliquée à 22 condamnés depuis janvier.

Travis R., 46 ans, a subi une injection létale dans la soirée dans le pénitencier de Huntsville, la justice ne lui ayant pas accordé de répit de dernière minute.

En 1997, il avait été condamné à 70 ans de détention pour un cambriolage à main armée. Alors qu'il purgeait sa peine, il avait été affecté au nettoyage d'une usine de chaussures de sa prison. En 2003, il avait égorgé son responsable. Selon l'accusation, il ne supportait pas ce travail et souhaitait être affecté chez le barbier de la prison.

Lors de son procès, en 2005, il avait plaidé coupable et les jurés l'avaient condamné à la peine de mort. Depuis, ses avocats avaient intenté en vain plusieurs recours. Ils avaient notamment plaidé que son enfance difficile n'avait pas été mentionnée lors de son procès.

Seulement dans une poignée d'États

Plus récemment, ils avaient introduit une autre requête sur la base d'éléments nouveaux. Selon eux, un inspecteur, appelé à témoigner lors de son procès, avait assuré à tort que Travis R. jouirait d'une relative liberté dans la prison s'il était condamné à la rétention à perpétuité.

Or, depuis 2010, deux condamnations à mort prononcées sur la base de ce témoin avaient été invalidées. «M. R. a été condamné à la peine capitale sur la base d'un faux témoignage d' expert », avaient écrit ses avocats dans un ultime recours, rejeté mercredi par la Cour suprême des États-Unis.

2019 est la deuxième année ayant compté le moins d'exécutions aux États-Unis, après 2016 et ses 20 condamnés exécutés (contre 86 exécutions en 1999). Une combinaison de facteurs, notamment des interrogations sur la légalité des substances létales utilisées, explique le déclin de la peine de mort aux États-Unis, où seule une poignée d'États y ont encore recours. (afp/nxp)

Créé: 12.12.2019, 04h02

Articles en relation

Une forte mobilisation suspend une exécution

États-Unis Soutenu par des millions d'Américains et des stars, Rodney Reed a vu son exécution reportée au Texas. Plus...

Exécution d'un chef de gang d'extrême droite

Etats-Unis Condamné à la peine capitale pour avoir étranglé une femme, Justen H. a reçu une injection létale mercredi soir au Texas. Plus...

Douzième exécution pour cette année

États-Unis Une nouvelle exécution a eu lieu cette nuit au Texas. Il s'agit de la douzième condamnation à mort dans le pays, pour 2019. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.