Derrière les feux, l'appétit pour le bœuf et le soja

AmazonieSelon les scientifiques, l'élevage bovin est le principal facteur de déforestation de l'Amazonie, dont les incendies en sont les conséquences.

La forêt amazonienne brûle et le monde s’inquiète.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De la viande bovine et du soja OGM, achetés goulûment dans le monde entier: voilà les activités agricoles qui rongent l'Amazonie. Selon tous les chercheurs, elles expliquent la dramatique multiplication des incendies.

«L'élevage bovin extensif est le principal facteur de déforestation de l'Amazonie. Un peu plus de 65% des terres déboisées en Amazonie sont aujourd'hui occupées par des pâturages», explique Romulo Batista, chercheur chez Greenpeace.

Le Brésil est le premier exportateur mondial de boeuf. Ses exportations de viande bovine ont atteint en 2018 le record de 1,64 million de tonnes, selon l'Association des industries exportatrices de viande au Brésil. Les principaux marchés sont la Chine, suivie de l'Egypte, puis de l'Union européenne.

Croissance spectaculaire

Derrière cette première place, un peu plus de vingt ans de croissance plus que spectaculaire. Entre 1997 et 2016, par exemple, le pays a tout simplement multiplié par 10 ses exportations de viande bovine (en poids comme en valeur). Le marché est dominé par trois mastodontes: JBS, Minerva et Marfrig.

Les activités agricoles occupent quant à elles près de 6,5% de la surface déboisée. Déjà premier exportateur mondial de soja devant les Etats-Unis, le Brésil a exporté un record de 83,6 millions de tonnes en 2018, soit 22,6% de plus qu'en 2017, selon le ministère brésilien de l'Economie.

Cette performance s'explique surtout par l'appétit de la Chine, premier client du soja brésilien, majoritairement OGM: la guerre commerciale qui oppose Pékin et Washington depuis près d'un an a conduit l'Empire du Milieu à acheter davantage au Brésil pour nourrir son bétail. Les exportations de soja brésilien vers la Chine ont fait un bond de près de 30% l'an dernier.

«Addiction» européenne au soja

Le soja était l'une des principales cultures à grignoter du terrain sur la forêt amazonienne. Mais depuis un moratoire entré en vigueur en 2006, «moins de 2% du soja planté en Amazonie provient de zones déboisées après 2008», précise M. Batista.

L'Europe aussi est client du soja brésilien, qui y sert surtout à l'alimentation animale, selon Greenpeace. L'ONG avait dénoncé en juin une «addiction» européenne à ces exportations de soja venus d'Amérique du sud, utilisées en particulier pour les élevages industriels de volaille et porc.

Principale production céréalière du Brésil, le soja a connu une incroyable ascension dans les années 1970, avec la migration de producteurs du sud vers le centre-ouest du Brésil, le développement de nouvelles techniques de culture et l'usage de pesticides. (ats/nxp)

Créé: 24.08.2019, 17h00

Articles en relation

Feux: Bolsonaro envoie l'armée en Amazonie

Amérique latine Alors que les condamnations internationales pleuvent, le président brésilien a décidé d'envoyer l'armée pour lutter contre les incendies qui ravagent l'Amazonie. Plus...

«Des animaux brûlent vifs dans la jungle»

Feux en Amazonie Cri d'alarme des scientifiques, de pompiers ou encore de Brésiliens qui subissent terrifiés l'avancée du feu en Amazonie. Plus...

Feux en Amazonie: la crise s'internationalise

Brésil Jeudi, le président conservateur brésilien a dénoncé une «psychose environnementale» tandis que la communauté internationale s'alarme. Plus...

Des incendies monstres ravagent l'Amazonie

Brésil Aggravés par la déforestation et la sécheresse, les feux de forêts au Brésil connaissent une hausse sans précédent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...