Trump, cette «menace» pour la démocratie

États-UnisVendredi marquait la fin des plaidoiries de l'accusation démocrate lors du procès en destitution contre Trump.

Destitution de Donald Trump en marche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les procureurs démocrates au Sénat ont accusé vendredi Donald Trump d'être une «menace» pour la démocratie, en conclusion d'un réquisitoire adressé autant aux électeurs américains qu'aux élus chargés de juger si le président mérite d'être destitué. La parole est désormais à la défense, qui s'exprimera samedi à partir de 10H00 (16H00 en Suisse) pendant trois heures, avant la reprise du procès lundi.

Donald Trump «a utilisé le pouvoir de la présidence d'une manière qui a compromis la sécurité nationale et sapé l'intégrité du processus démocratique des Etats-Unis», a affirmé le procureur en chef, Adam Schiff, en conclusion de l'argumentaire de l'accusation.

Le président a ainsi «démontré qu'il restera une menace pour la sécurité nationale et la Constitution s'il est autorisé à rester en place», a asséné l'élu démocrate, avant de se livrer à une apologie pleine d'émotion de la démocratie américaine. «De par le monde on nous admire, mais les gens ne reconnaissent pas ce qu'ils voient», a-t-il mis en garde.

L'accusation a tenté depuis mercredi de démontrer que Donald Trump, le troisième président de l'histoire des États-Unis à subir un procès en destitution au Sénat, a commis un «abus de pouvoir» et une «entrave au travail du Congrès». Leur déroulé méthodique des faits, entrecoupé d'extraits vidéo souvent répétitifs, de références historiques et d'envolées lyriques, a dressé un portrait peu flatteur de l'impétueux milliardaire républicain.

Solidarité

Les faits sont peu contestés: Donald Trump a demandé à l'Ukraine d'enquêter sur le démocrate Joe Biden, son adversaire potentiel à la présidentielle de novembre, en même temps qu'il gelait une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit avec la Russie. Le président a utilisé les moyens de l'État pour faire pression sur Kiev afin de «salir» son rival et «tricher à l'élection», selon Adam Schiff.

Une fois «démasqué», après l'intervention d'un mystérieux lanceur d'alerte, «il a travaillé dur pour étouffer l'affaire» et bloquer l'enquête du Congrès, a ajouté l'élu Hakeem Jeffries. L'entrave du milliardaire, qui a interdit la diffusion de documents ou le témoignage de ses proches conseillers, «a été catégorique, généralisée et sans précédent», a encore commenté l'élue Val Demings.

La Chambre des représentants, aux mains des démocrates, a mis le président en accusation le 18 décembre. Pas un seul républicain n'avait soutenu ce vote d'«impeachment». Cette solidarité des républicains, majoritaires au Sénat (53 sièges sur 100), devrait permettre à Donald Trump d'être rapidement acquitté. Elle devrait aussi écarter toute comparution de proches conseillers du président, comme le souhaiteraient les démocrates. L'opposition espère toutefois écorner son image, alors qu'il est en pleine campagne de réélection.

«Il est qui il est et cela ne changera pas, le président des États-Unis continuera à abuser de son pouvoir», a mis en garde Adam Schiff. Donald Trump s'est plaint vendredi d'avoir «eu à endurer des heures et des heures de mensonges, de fraudes et de tromperies». «Le coup monté de la destitution perturbe les élections de 2020», a-t-il regretté sur Twitter.

«Conflit d'intérêts»

La Chambre des représentants, aux mains des démocrates, l'a mis en accusation le 18 décembre pour «abus de pouvoir» et «entrave au travail du Congrès». Pas un seul républicain n'avait apporté sa voix à ce vote d'«impeachment». Cette solidarité des républicains, majoritaires au Sénat (53 sièges sur 100), devrait permettre à Donald Trump d'être rapidement acquitté.

L'opposition espère toutefois écorner son image, alors qu'il est en pleine campagne de réélection. «Il est qui il est et cela ne changera pas, le président des États-Unis continuera à abuser de son pouvoir», a mis en garde Adam Schiff.

Ses avocats vont désormais tenter de briser le dossier d'accusation. L'avocat personnel de Donald Trump, Jay Sekulow, a promis qu'il allait «démentir et réfuter» les accusations en présentant «un dossier convaincant».

«L'idée que vous commettez une entrave au Congrès en exerçant vos prérogatives constitutionnelles est tout à fait absurde», a-t-il ajouté, invoquant le principe de la séparation des pouvoirs. «Cela va être beaucoup plus concis, plus facile à comprendre et pas submergé par les mêmes informations revenant sans cesse», a promis le sénateur Mike Braun.

Pour ses partisans, le président pouvait légitimement demander à l'Ukraine d'enquêter sur les affaires du fils de Joe Biden, Hunter, dans ce pays gangrené par la corruption alors que son père, lorsqu'il était le vice-président de Barack Obama, supervisait la politique américaine envers Kiev. «Comment pouvons-nous ignorer les Biden en Ukraine? C'est un évident conflit d'intérêts qui compromet notre sécurité nationale», a déclaré l'influent sénateur républicain Lindsey Graham, évoquant un des arguments amené à être développé par la défense.

Pour ce proche du président, la décision d'écarter Donald Trump du pouvoir revient aux électeurs. Depuis le début du procès mardi, les procureurs démocrates ne semblent pas avoir réussi à convaincre les sénateurs républicains. Certains ont été vus vendredi haussant les épaules, ricanant ou piquant du nez après quatre longues journées d'audiences. L'un d'eux a même écrit un grand «SOS» sur une feuille visible depuis la tribune réservée à la presse. (ats/nxp)

Créé: 24.01.2020, 22h31

Mike Pompeo perd son sang-froid avec une journaliste

Cris, regard furieux et gros mots: une journaliste américaine a raconté comment le chef de la diplomatie des États-Unis Mike Pompeo a perdu son sang-froid vendredi après avoir été pressé de questions sur l'affaire ukrainienne. Tout est parti d'une interview accordée en début de matinée à NPR, la radio publique américaine. L'essentiel de l'entretien porte sur l'Iran, mais la journaliste, Mary Louise Kelly, termine par l'Ukraine. «J'ai dit tout ce que j'avais à dire aujourd'hui. Merci», coupe sèchement Mike Pompeo. Mais l'histoire ne s'arrête pas là, et Mary Louise Kelly l'a racontée vendredi soir sur les ondes de NPR. «Il était là à m'attendre et il m'a crié dessus» durant une dizaine de minutes, «il n'était pas content d'avoir été interrogé sur l'Ukraine», a-t-elle dit, assurant qu'il avait proféré des insultes pendant toute la conversation. Selon la journaliste, Mike Pompeo lui a lancé: «Vous pensez que les Américains s'intéressent à l'Ukraine?». Puis il a demandé à ses conseillers d'apporter une carte du monde sans les noms des pays afin qu'elle prouve qu'elle savait bien où se se situe l'Ukraine.

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2 Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Articles en relation

Donald Trump s'est pris «pour un roi»

États-Unis Les procureurs démocrates se sont exprimés pendant plus de neuf heures au Congrès, jeudi lors du procès en destitution. Plus...

Procès de Trump: place à la guerre de tranchées

États-Unis Républicains et démocrates se livrent à un rude bras de fer sur les règles à adopter pour le procès en destitution de Donald Trump. Plus...

Le procès de Trump entre dans le vif du sujet

Etats-Unis La défense du président américain a dénoncé un «processus truqué», lundi, à la veille de l'ouverture du procès en destitution. Plus...

Procès de Trump: les deux camps se préparent

États-Unis Défenseurs de Donald Trump et procureurs envoyés par les démocrates ont rendez-vous mardi pour le procès en destitution du président. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.