Deutsche Bank doit révéler ses liens avec Trump

Etats-UnisDeux commissions du Congrès ont demandé à la banque allemande à obtenir des informations sur les finances du président américain.

Adam Schiff, président de la commission des Renseignements de la chambre basse.

Adam Schiff, président de la commission des Renseignements de la chambre basse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deutsche Bank est sous pression des démocrates, qui contrôlent la Chambre des représentants des Etats-Unis depuis janvier, pour faire la lumière sur ses relations d'affaires avec Donald Trump et sur de possibles liens financiers entre le président américain et des Russes.

Le groupe allemand est l'une des seules grandes banques occidentales à avoir continué à prêter de l'argent à l'empire de M. Trump après la mise en faillite de plusieurs de ses casinos dans les années 1990, aboutissant à des créances aujourd'hui évaluées à 330 millions de dollars.

La commission des Affaires financières et celle des Renseignements de la chambre basse, présidées respectivement par les démocrates Maxine Waters et Adam Schiff, ont adressé des demandes d'informations à Deutsche Bank dans le cadre de leurs enquêtes sur les finances du milliardaire, a indiqué jeudi à l'AFP une porte-parole de la banque. Elle a refusé de dire si cette demande était une injonction (subpoena), auquel cas Deutsche Bank doit s'y plier sous peine de sanctions.

La porte-parole n'a pas non plus donné le périmètre de la requête, se contentant de dire que Deutsche Bank allait «fournir les informations appropriées à toutes les enquêtes dûment autorisées».

Collusion avec la Russie ?

Selon une source proche du dossier, les élus veulent notamment savoir si Deutsche Bank a accordé des lignes de crédit à des taux d'intérêt favorables à la Trump Organization, holding chapeautant les actifs du magnat de l'immobilier et dont les rênes sont tenues par ses fils Eric et Donald Trump Jr depuis son entrée à la Maison Blanche. Ils veulent également obtenir des détails sur les protagonistes d'une vaste affaire de blanchiment d'argent russe qui a valu à Deutsche Bank une amende de 630 millions de dollars en janvier 2017 aux Etats-Unis.

Les soupçons de collusion avec la Russie empoisonnent le mandat de Donald Trump, dont des proches collaborateurs ont déjà été mis en cause par le procureur spécial Robert Mueller chargé d'enquêter sur cette affaire.

L'établissement allemand dit mener actuellement un «dialogue fructueux avec les deux commissions pour déterminer le meilleur moyen de les aider dans leurs fonctions de surveillance» de la banque.

«Les commissions des Services financiers et des Renseignements sont en discussions fructueuses avec Deutsche Bank, et espèrent que cette coopération va se poursuivre», ont déclaré Maxine Waters et Adam Schiff, dans une déclaration transmise à l'AFP. Les deux commissions envisagent de mener une enquête en commun sur les relations d'affaires entre la banque allemande et le président américain, a affirmé mercredi le site d'informations Politico.

Elus inquiets

En mai 2017, des élus démocrates avaient déjà demandé à la firme allemande de leur remettre des documents sur ses liens financiers avec la famille Trump, pour voir notamment s'il y avait un lien avec la Russie, mais l'établissement avait refusé en affirmant qu'il serait illégal de partager de telles informations.

Ils voulaient obtenir les conclusions d'un audit interne de la banque sur les prêts accordés à Donald Trump quand il était à la tête de son empire immobilier, afin de détecter d'éventuelles ramifications russes.

L'inquiétude des élus vient de l'implication répétée de la banque dans des opérations financières illégales associant des Russes. Outre l'amende de 630 millions de dollars, Deutsche Bank a également écopé en 2017 d'une autre pénalité financière de 41 millions de dollars de la part de la Réserve fédérale pour ses lacunes dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

Enquêtes pour blanchiment

La demande d'informations des parlementaires tombe au mauvais moment pour la firme allemande, qui fait actuellement l'objet dans son pays d'origine d'une enquête pénale pour blanchiment d'argent au travers d'une de ses filiales basée dans un paradis fiscal.

Selon Bloomberg News, la Réserve fédérale enquête aussi sur des transactions suspectes portant sur des milliards de dollars entre une filiale de la banque danoise Danske Bank en Estonie et Deutsche Bank.

En l'espèce, il est reproché à l'établissement danois d'avoir utilisé sa petite filiale estonienne pour faire transiter, de 2007 à 2015, quelque 200 milliards d'euros via les comptes de clients ne résidant pas en Estonie.

En novembre, Deutsche Bank avait reconnu qu'une relation d'affaires avait bien existé entre les deux institutions financières et a confirmé à l'AFP mercredi avoir «reçu plusieurs demandes d'informations de la part d'autorités et de forces de l'ordre du monde entier» sur cette affaire. L'établissement assure coopérer. (afp/nxp)

Créé: 24.01.2019, 20h06

Articles en relation

Le bénéfice de Deutsche Bank fond de 65%

Mauvais 3e trimestre pour la banque allemande Deutsche Bank qui enregistre une chute de ses recettes et de lourdes charges pour le départ de ses salariés licenciés. Plus...

Deutsche Bank amendée à hauteur de 204 millions

Etats-Unis De 2007 à 2013, des traders et des salariés de la première banque allemande se sont concertés pour fausser les taux de change. Plus...

Deutsche Bank biffe des milliers de postes

Allemagne Le groupe bancaire allemand, en difficultés, se restructure dans le monde. Quelque 7000 postes vont passer à la trappe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.