Passer au contenu principal

Les deux camps vont se rencontrer à Berlin

Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar devraient se rendre au sommet visant à lancer un processus de paix, dimanche.

Le chef du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj.
Le chef du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj.
Keystone

L'un des principaux protagonistes du conflit en Libye a confirmé jeudi sa présence à une conférence internationale à Berlin visant à lancer un processus de paix. Son rival a dit être prêt «en principe» à y participer.

Les positions respectives du chef du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU basé à Tripoli (ouest), Fayez al-Sarraj, et du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est, ont été annoncées alors qu'une cessation des hostilités, globalement respectée, est en vigueur depuis dimanche aux portes de la capitale libyenne.

Craignant une internationalisation du conflit en Libye et une nouvelle pression migratoire à ses frontières, les Européens principalement ont multiplié les efforts, notamment avec la tenue d'une conférence dimanche à Berlin, sous l'égide de l'ONU. Dans la capitale libyenne Tripoli, Fayez al-Sarraj a confirmé, via son service de presse, sa présence à la conférence. A Benghazi, à un millier de km plus à l'est, le maréchal Haftar a reçu le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas.

«Il (Haftar) a promis de respecter le cessez-le-feu», et a «clairement indiqué vouloir contribuer au succès de la conférence de Berlin et être prêt sur le principe à y participer», a indiqué après l'entretien le ministre allemand sur Twitter.

En route pour la Grèce

Le maréchal Haftar, qui contrôle une part importante des ressources énergétiques libyennes, avait quitté dimanche Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu, après des discussions organisées sous l'égide de la Russie, qui soutient Khalifa Haftar, et de la Turquie, alliée du camp Sarraj. Fayez al-Sarraj a lui signé cet accord. Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj ne se sont pas directement rencontrés à Moscou.

Après sa rencontre avec le ministre allemand, le maréchal Haftar s'est rendu à Athènes où il doit avoir vendredi selon des médias locaux des entretiens avec le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères grecs.

La Grèce n'a pas été invitée à la conférence de Berlin. Mais elle s'oppose aux accords conclus entre Fayez al-Sarraj et la Turquie, surtout celui sur une délimitation maritime qui permet à Ankara de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale convoitées par la Grèce, Chypre et l'Égypte. Le Premier ministre grec a averti jeudi que son pays mettrait son veto au sein de l'Union européenne à tout accord en Libye si les accords Ankara-Tripoli ne sont pas annulés.

Minée par les violences

Plusieurs pays seront représentés à Berlin, y compris la Russie, la Turquie, les États-Unis, la Chine, l'Italie et la France. L'objectif premier de la conférence consiste à consolider la trêve et surtout empêcher des ingérences étrangères en Libye, notamment par un soutien militaire. Sur cette base, un embargo sur les armes sera proposé aux participants, selon Berlin.

La Libye, qui dispose des plus importantes réserves africaines de pétrole, est minée par les violences et les luttes de pouvoir depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi après une révolte populaire et une intervention militaire menée par la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis.

Les forces pro-Haftar ont lancé une offensive en avril 2019 pour s'emparer de Tripoli. Plus de 280 civils ont été tués depuis, de même que plus de 2000 combattants, selon l'ONU. 146'000 Libyens ont dû fuir les combats.

Trêve globalement respectée

Le cessez-le-feu est toujours relativement respecté malgré des accusations mutuelles de violations de la part des deux camps. Mardi, le chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE), Josep Borrell, a dénoncé «l'engagement militaire» de Moscou et Ankara en Libye, dressant un parallèle avec le conflit en Syrie.

«Nous disons qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit. Mais ce slogan, nous l'avons dit pour la guerre syrienne. Et à quoi avons-nous assisté en Syrie? A une solution militaire. La même situation risque de se reproduire en Libye», a-t-il averti.

La Turquie a autorisé l'envoi de militaires en Libye. Malgré ses démentis, la Russie est soupçonnée d'aider aussi Khalifa Haftar avec des armes, de l'argent et des mercenaires. Le maréchal Haftar est également appuyé par l'Égypte, les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.