«Vous devez rapatrier vos djihadistes prisonniers»

SyrieAlors que le dernier bastion de l'organisation EI devrait tomber en Syrie, le président Trump a demandé à l'Europe de juger ses quelques 800 ressortissants capturés par la coalition.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les ministres des Affaires étrangères européens discutent de la Syrie lundi, au lendemain de l'appel du président américain Donald Trump à rapatrier leurs ressortissants retenus dans ce pays après avoir rallié le groupe Etat islamique, alors que le «califat» de l'EI devrait rendre prochainement son dernier souffle dans le réduit de Baghouz (est).

Ils sont Français, Allemands, Irlandais, Italiens, Britanniques ou encore Canadiens. Ces dernières années, des centaines d'étrangers ont été arrêtés par l'alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) au fil des batailles menées contre l'EI en Syrie.

Aujourd'hui, ces combats touchent à leur fin et dans l'est du pays, les djihadistes sont pris au piège dans une poche de moins d'un demi-kilomètre carré dans le village de Baghouz. Mais l'offensive «finale» des FDS dans cette région frontalière de l'Irak piétine, malgré le soutien de la coalition internationale antijihadistes emmenée par Washington.

Aux abords de Baghouz, une équipe de l'AFP a entendu des tirs au mortier menés, selon les FDS, par les forces de la coalition. Des coups de feu crépitent par moment tandis que le vrombissement des avions retentit dans le ciel.

Perché sur le toit d'une maison proche du front, le combattant Sheldar Hassakeh explique à l'AFP que la fréquence radio utilisée par les talkies-walkies des djihadistes s'est tue. «Leur zone de contrôle est vraiment réduite et ils n'ont plus autant de talkies-walkies. Ils ne se parlent plus autant», précise-t-il. Ce combattant des FDS à la carrure baraquée raconte que les djihadistes échangeaient en langage codé: «Pour demander des munitions, ils disaient: vous avez cinq caisses de tomates?»

Retour en Europe?

Si les djihadistes sont mis en déroute, l'épineux dossier des étrangers de l'EI retenus par les forces kurdes n'est toujours pas tranché. Les hommes sont en prison, les femmes et les enfants dans des camps de déplacés.

Via Twitter, le président Trump s'est lancé dans une diatribe contre les puissances européennes qui tergiversent. «Les Etats-Unis demandent à la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et aux autres alliés européens de reprendre plus de 800 combattants de l'EI que nous avons capturés en Syrie afin de les traduire en justice», a-t-il martelé, dans la nuit de samedi à dimanche. «Il n'y a pas d'alternative car nous serions forcés de les libérer. Les Etats-Unis ne veulent pas que ces combattants de l'EI se répandent en Europe», a-t-il prévenu.

L'administration semi-autonome kurde, qui gère des territoires dans le nord de la Syrie en guerre, refuse de juger les étrangers et veut les renvoyer vers leurs pays d'origine. Mais les puissances occidentales se montrent réticentes face à l'hostilité d'une partie de leurs opinions publiques.

Lundi à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l'UE doivent discuter entre autres de «la situation en Syrie, en particulier les derniers développements intervenus sur le terrain», indique l'ordre du jour de leur réunion.

«Judiciarisés et incarcérés»

Paris, Bruxelles et Berlin avaient réagi dès dimanche aux propos du président américain. «Ce sont les Kurdes qui les détiennent (les djihadistes français, ndlr) et nous avons toute confiance dans leur capacité à les maintenir» en détention, a répliqué sur BFMTV le secrétaire d'Etat français à l'Intérieur Laurent Nuñez. «Quoi qu'il en soit, si ces individus reviennent sur le territoire national, ils seront tous judiciarisés et incarcérés», a-t-il ajouté.

Après sa réticence initiale, Paris semble envisager le retour de ces ressortissants. Une source proche du dossier en France a évoqué le cas de 150 Français, dont 90 mineurs. En Belgique, le ministre de la Justice, Koen Geens, a réclamé une «solution européenne», appelant à «réfléchir tranquillement et regarder ce qui comporte le moins de risques sécuritaires». «Nous avons actuellement dans le nord de la Syrie surtout des mères et des enfants, mais également quelques combattants qui sont connus», a-t-il précisé sur la chaîne publique flamande VRT.

En Allemagne, des sources au ministère des Affaires étrangères ont indiqué que Berlin examinait «des options pour permettre aux ressortissants allemands de quitter la Syrie, en particulier les cas humanitaires».

Victoire imminente

Le sujet est d'autant plus sensible que M. Trump s'est engagé en décembre à retirer les quelques 2000 militaires américains déployés en Syrie. Ce désengagement, et la menace d'une offensive turque contre les forces kurdes, font craindre un chaos sécuritaire dont bénéficierait l'EI.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de régions en Syrie et en Irak, l'EI avait proclamé un «califat» sur un territoire vaste comme la Grande-Bretagne. Les djihadistes y avaient établi leur propre administration, exécutant et torturant ceux qui ne respectaient pas leur loi et fomentant des attentats meurtriers y compris à l'étranger. Désormais, à Baghouz, les combattants de l'EI sont retranchés dans des tunnels au milieu d'un océan de mines et empêchent les civils de sortir.

«Cela fait deux jours que personne n'est sorti», a indiqué à l'AFP un combattant des FDS. Depuis début décembre, près de 40'000 personnes ont fui le secteur, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Parmi eux, principalement des familles de djihadistes , selon la même source.

La bataille anti-EI représente aujourd'hui le principal front de la guerre en Syrie qui a fait plus de 360'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés depuis 2011. Mais les djihadistes sont aussi dispersés dans le vaste désert central de la badiya et revendiquent des attaques parfois meurtrières menées par des «cellules dormantes» dans les régions contrôlées par les FDS. (afp/nxp)

Créé: 17.02.2019, 20h39

Articles en relation

Des centaines de km du mur érigés d'ici à 2020

Etats-Unis Donald Trump avait promis lors de la campagne de 2016 de construire un mur le long des quelque 3200 kilomètres de la frontière avec le Mexique. Plus...

La dette américaine court de record en record

États-Unis La politique de Donald Trump a alourdi la dette du pays, pour la porter à 22 000 milliards de dollars. Un fardeau qui n'est pas la priorité du président et des républicains. Plus...

Heather Nauert renonce au poste à l'ONU

Etats-Unis Soutenue par Donald Trump, elle a finalement décidé de ne plus être candidate au poste d'ambassadrice des Etats-Unis. Plus...

Trump décrète «l'urgence nationale» pour le mur

Etats-Unis Cette manoeuvre permet au président américain de contourner le Congrès pour débloquer les fonds nécessaires. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.