Passer au contenu principal

Etat islamiqueLes djihadistes poursuivent la destruction du patrimoine culturel

L'Etat islamique (EI) a entrepris de détruire des vestiges archéologiques à Hatra. Selon Bagdad, l'absence de riposte ferme de la communauté internationale a encouragé les djihadistes à continuer sur cette voie.

Le site archéologique de Hatra. (Photo d'illustration)
Le site archéologique de Hatra. (Photo d'illustration)
AFP

«La lenteur du soutien international à l'Irak encourage les terroristes à commettre de nouveau le crime de dérober et de détruire les vestiges de la ville de Hatra», a dénoncé le ministère du tourisme et des antiquités dans un communiqué.

Le ministère a reçu de ses employés présents à Mossoul des informations selon lesquelles le site de Hatra était la proie des démolisseurs samedi, a indiqué un responsable irakien à Reuters. Il est difficile de confirmer ces informations, d'autant plus que le ministère n'a pas reçu de photos montrant l'étendue des dégâts.

Bulldozer et explosifs

Un habitant du secteur a cependant déclaré avoir entendu tôt samedi une puissante explosion. Selon lui, d'autres personnes vivant dans les environs ont déclaré que les djihadistes avaient détruit certains des grands édifices du site de Hatra et en rasaient d'autres au bulldozer.

Un porte-parole de la branche du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) à Mossoul a affirmé de son côté que les djihadistes avaient eu recours à des explosifs pour faire sauter certains édifices de Hatra et en attaquaient d'autres à coups de bulldozers.

La cité antique de Hatra fut construite voici 2000 ans environ à l'époque de l'Empire séleucide. Soumise par la suite à l'empire des Parthes, elle prospéra comme centre religieux et commerçant. La ville fut prise et détruite au IIIe siècle de notre ère par les Perses Sassanides.

L'UNESCO dénonce

Voici une semaine, les djihadistes de l'EI ont diffusé une vidéo les montrant en train de briser des statues et des sculptures au musée de Mossoul, qui renferme des trésors assyriens et hellénistiques datant pour certains de 3000 ans. Jeudi, les djihadistes se sont attaqués au site archéologique assyrien de Nimroud, au sud de Mossoul.

L'UNESCO a parlé à cet égard d'opérations de «nettoyage culturel» constituant à des crimes de guerre. Samedi, l'Organisation de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a de nouveau réagit, dénonçant ce qu'elle a affirmé être la «destruction» de la cité antique de Hatra en Irak par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI). «La destruction de Hatra marque un tournant dans l'effroyable stratégie de nettoyage cultuel en cours en Irak», a dit dans un communiqué sa directrice générale Irina Bokova.

En juillet dernier, l'EI avait détruit une tombe attribuée au prophète Jonas, dans une mosquée de Mossoul. Le groupe djihadiste sunnite s'est attaqué également à certains lieux de culte du chiisme depuis qu'il s'est emparé de vastes zones du nord et de l'ouest de l'Irak l'année dernière.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.