Donald Trump s'est pris «pour un roi»

États-UnisLes procureurs démocrates se sont exprimés pendant plus de neuf heures au Congrès, jeudi lors du procès en destitution.

Le procès en destitution de Trump en marche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A peine de retour de Suisse, Donald Trump s'est déchaîné jeudi contre ses accusateurs démocrates, à qui il a reproché d'avoir présenté de manière «mensongère» et «injuste» les faits au coeur de son procès historique en destitution.

Dans l'enceinte solennelle du Sénat, le procureur en chef Adam Schiff a accusé la veille le président américain d'avoir essayé de «tricher» pour remporter un second mandat, en sollicitant l'aide de l'Ukraine afin de «salir» un de ses rivaux. Avant de reprendre son argumentaire vendredi après-midi, l'élu démocrate a été visé par une salve de tweets vengeurs émis par Donald Trump.

La présentation des «démocrates et de Schiff le fourbe» était «pleine de mensonges et de déformations de la réalité», a taclé dans la matinée de jeudi le locataire de la Maison Blanche, tout juste rentré du Forum économique mondial de Davos.

Se posant à nouveau en victime d'une «chasse aux sorcières», le tempétueux milliardaire a jugé que l'audience fut «la plus injuste et corrompue de l'histoire du Congrès».

Reflet de l'extrême polarisation sur ce sujet, le chef de la minorité démocrate du Sénat, Chuck Schumer, a au contraire salué une présentation «précise» nourrie de «détails accablants». «Elle pourrait bien avoir planté un premier doute dans l'esprit» des sénateurs républicains sur le fait que «le président a peut-être bien fait quelque chose de mal», a-t-il encore dit à la presse.

«Un président qui se prend pour un roi»

Donald Trump a commis un abus de pouvoir pour son profit politique personnel et doit être destitué car «le bien et la vérité comptent», a assuré jeudi l'accusation, au troisième jour du procès historique du président américain devant le Sénat.

Après avoir exposé les faits mercredi, les procureurs démocrates se sont évertués pendant plus de neuf heures à démonter les arguments avancés dans les médias par les défenseurs du président, qui ne se sont pas encore exprimés à la barre. Vendredi, l'accusation doit aborder l'autre chef d'accusation retenu contre Donald Trump, l'entrave au travail du Congrès.

Compte tenu de la majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100), les démocrates n'ont pratiquement aucune chance de gagner le procès. Mais ils espèrent marquer les esprits des électeurs à dix mois de la présidentielle.

«Vous ne pouvez pas faire confiance à ce président pour qu'il fasse ce qui est bon pour ce pays, mais vous pouvez lui faire confiance pour qu'il fasse ce qui est bon pour Donald Trump», a lancé aux sénateurs l'élu Adam Schiff, qui mène l'équipe des procureurs. «Si vous le jugez coupable, il doit être destitué car le bien et la vérité comptent, sinon nous sommes perdus», a-t-il ajouté, visiblement ému, en fin d'audience.

Sous couvert de lutte contre la corruption en Ukraine, le président a commis un «abus de pouvoir» en demandant l'été dernier à Kiev d'annoncer une enquête sur Joe Biden, son adversaire potentiel à l'élection du 3 novembre, avait auparavant plaidé Jerry Nadler, l'un des sept membres de l'accusation. Pour parvenir à ses fins, le milliardaire «est allé plus loin» en gelant une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit avec la Russie, selon l'élu de New York. Pour Jerry Nadler, un ennemi de longue date du milliardaire, «la destitution est la réponse ultime de la Constitution à un président qui se prend pour un roi».

Vieilles interviews

Les faits sont peu contestés. Les défenseurs de Donald Trump, à commencer par la star des prétoires Alan Dershowitz, arguent en revanche que le dossier d'accusation ne comprend pas de délit au sens pénal du terme et que la procédure de destitution n'est pas pertinente.

Jerry Nadler a rappelé qu'ils n'ont pas toujours soutenu cette position, en diffusant un extrait d'une interview accordée par Alan Dershowitz en 1998, lors du procès de Bill Clinton pour sa liaison avec Monica Lewinsky.

«Il n'y a certainement pas besoin d'un crime si vous avez quelqu'un qui a corrompu sa fonction de président», déclarait alors le professeur de droit. «Quand vous commencez à user de votre pouvoir et faites du mal à des gens, alors vous commettez un crime grave» au sens de la Constitution, estimait à la même époque l'élu républicain Lindsey Graham, devenu l'un des plus fidèles soutiens de Donald Trump.

Les partisans du président assurent par ailleurs qu'il était dans son rôle en demandant à l'Ukraine d'enquêter sur les affaires du fils de Joe Biden, Hunter, dans ce pays gangrené par la corruption. «Vous croyez vraiment qu'il s'agissait de lutte contre la corruption?», a demandé Adam Schiff, en assurant que le président voulait seulement «une annonce» sur l'ouverture d'une enquête. «C'est uniquement quand Biden a commencé à le battre dans les sondages qu'il a commencé à réclamer ces enquêtes», a renchéri sa consoeur Sylvia Garcia.

«C'est la même chose, jour après jour»

Pendant leur longue présentation, les sénateurs ont été vus en train de s'étirer ou de s'absenter brièvement dans l'antichambre de l'hémicycle. Mais ces audiences marathon commencent à peser sur les sénateurs, qui font office de jurés. «C'est la même chose, jour après jour, après jour, après jour», a commenté le républicain John Barrasso.

Au total, l'accusation dispose de 24 heures sur trois jours pour défendre son dossier. A partir de samedi, ce sera le tour de la défense, pour la même durée. Puis les deux camps auront seize heures pour répondre aux questions posées par les sénateurs, par écrit. Ils devront ensuite décider, à la majorité simple, de prolonger l'exercice en convoquant de nouveaux témoins comme le réclament les démocrates. (afp/nxp)

Créé: 23.01.2020, 20h39

Trump signera mercredi le nouvel accord commercial trilatéral AEUMC

Donald Trump va signer mercredi le nouvel accord commercial trilatéral négocié pendant de longs mois avec le Mexique et le Canada, mais aussi l'opposition démocrate, a-t-on appris jeudi auprès d'un responsable de la Maison Blanche. Le nouveau texte est un toilettage de l'Alena de 1994. Il prévoit par exemple des innovations en matière environnementale, mais doit surtout réduire les différences de traitement entre ouvriers des trois pays pour éviter des délocalisations massives. L'AEUMC amendé a déjà été ratifié le 10 décembre par le Mexique, et devrait l'être maintenant sans grande difficulté par le Canada dans les semaines à venir.

Les étapes de la procédure de destitution.

Articles en relation

Procès de Trump: place à la guerre de tranchées

États-Unis Républicains et démocrates se livrent à un rude bras de fer sur les règles à adopter pour le procès en destitution de Donald Trump. Plus...

Le procès de Trump entre dans le vif du sujet

Etats-Unis La défense du président américain a dénoncé un «processus truqué», lundi, à la veille de l'ouverture du procès en destitution. Plus...

Procès de Trump: les deux camps se préparent

États-Unis Défenseurs de Donald Trump et procureurs envoyés par les démocrates ont rendez-vous mardi pour le procès en destitution du président. Plus...

La procédure de destitution de Donald Trump expliquée

Etats-Unis L’ancien promoteur immobilier est le 3e président de l’histoire des États-Unis à être menacé de destitution. Mode d’emploi. Plus...

Les avocats de Trump présentent leur défense

Destitution La défense de Donald Trump estime que son procès en destitution va à l'encontre de la Constitution américaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.