Passer au contenu principal

Etats-UnisDonald Trump: «Obamacare est mort»

Faute d'avoir pu l'abroger en bonne et due forme, le président américain continue de tirer à boulets rouges sur la loi instaurée par son prédécesseur.

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)
Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)
Keystone
L'ex-directeur du FBI James Comey a été auditionné jeudi par le Sénat. Il a accusé notamment de «mensonges» l'administration du président Trump, qui lui aurait intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche. (Jeudi 8 juin 2017)
L'ex-directeur du FBI James Comey a été auditionné jeudi par le Sénat. Il a accusé notamment de «mensonges» l'administration du président Trump, qui lui aurait intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche. (Jeudi 8 juin 2017)
AFP
1 / 150

Le président américain Donald Trump a affirmé lundi que la grande loi sur la couverture maladie de Barack Obama, qu'il n'est pas parvenu à abroger, appartenait néanmoins au passé en raison de ses défaillances.

Hausse de prix

«Obamacare, c'est fini, c'est mort, oublié», a déclaré le dirigeant à la Maison Blanche. «Il n'y a plus rien de tel qu'Obamacare. Je le dis depuis des années, le concept n'aurait jamais pu fonctionner, même dans ses meilleurs jours».

Donald Trump se réfère apparemment au défaut le plus préoccupant de la grande réforme de 2010, l'augmentation du prix des assurances santé sur le marché dit «individuel», pour la minorité de personnes qui n'ont pas d'assurance par leur employeur ou par des programmes publics. Ces assurés reçoivent des aides et subventions pour financer le coût de leur couverture, mais un certain nombre d'entre eux ont néanmoins vu leurs dépenses augmenter depuis quelques années.

Refrain connu

Les républicains, a dit Donald Trump, travaillent désormais à une solution «de court terme», à laquelle il prédit que les démocrates participeront car, selon lui, «la faute retombera sur eux pour le désordre».

C'est un refrain du président américain que les problèmes supposés du système de santé, et notamment la hausse des coûts, seront politiquement mis au passif des démocrates, qui ont adopté Obamacare en 2010.

«Sabotage» dénoncé

Mais les démocrates dénoncent ce qu'ils estiment être un «sabotage» progressif d'Obamacare par l'administration Trump, par la voie réglementaire puisque l'abrogation par le Congrès a échoué.

Un décret présidentiel a ainsi supprimé des subventions aux assureurs qui permettaient de réduire le coût des assurances et des soins pour les assurés les plus modestes. Une autre décision a ouvert la voie à une déréglementation des couvertures proposées, ce qui pourrait conduire au déremboursement de certains soins.

Donald Trump, lundi, a aussi critiqué le prix des médicaments aux Etats-Unis, plus élevés que dans d'autres pays riches.

«Comme d'habitude, le monde profite des Etats-Unis», a-t-il dit. «Les compagnies pharmaceutiques, franchement, s'en tirent en toute impunité».

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.