Donald Trump traite l'ex-directeur du FBI de «raclure»

USAC'est le livre peu flatteur signé James Comey qui a ainsi déclenché l'ire du président.

James Comey et Donald Trump. Le premier promeut un livre dans lequel Trump en prend pour son grade. Le second réagit comme à son habitude via des tweets fielleux.

James Comey et Donald Trump. Le premier promeut un livre dans lequel Trump en prend pour son grade. Le second réagit comme à son habitude via des tweets fielleux. Image: Nicholas Kamm/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Menteur», «raclure»: Donald Trump a laissé éclater vendredi sa colère contre James Comey, l'ex-directeur du FBI qui vient de publier un livre dressant le portrait peu flatteur d'un président égocentrique et sans foi ni loi.

En deux tweets, le président américain a déversé tout son fiel contre l'ancien patron de la prestigieuse police fédérale américaine abruptement limogé en mai 2017, qui vient d'entamer une longue tournée des plateaux de télévision pour vendre son livre. «James Comey a organisé des fuites et est un menteur avéré», a-t-il lancé, l'accusant d'avoir fait fuiter des informations classifiées ce qui devrait, selon lui, entraîner des poursuites.

«Presque tout le monde à Washington pensait qu'il aurait dû être viré pour le terrible travail qu'il faisait, jusqu'à ce qu'il soit, de fait, viré», a-t-il ajouté, avant de conclure, avec emphase: «Ce fut mon grand honneur de limoger James Comey!».

Intitulé «A Higher Loyalty: Truth, Lies, and Leadership», le livre de 300 pages décrit un président obsédé par son image et peu soucieux du bien public.

«Mensonge généralisé»

Dans un passage particulièrement frappant, M. Comey raconte combien interagir avec Donald Trump lui a rappelé les années où il enquêtait sur des chefs mafieux à New York.

«Le cercle silencieux qui acquiesce. Le boss qui fait le jour et la nuit. Les serments de fidélité. La vision du monde selon laquelle tous sont contre nous. Le mensonge généralisé, qu'il soit petit ou gros, au service d'une sorte de code de loyauté qui place l'organisation au-dessus de la moralité et de la vérité», relate-t-il.

Ses mémoires retracent aussi ses 20 ans de carrière comme procureur à New York puis ministre adjoint de la Justice dans le gouvernement de George W. Bush, et chef du FBI entre 2013 et 2017.

L'ex-grand flic décrit par ailleurs dans son livre un homme obsédé par des détails scabreux le concernant. M. Comey relate ainsi que le président lui a demandé d'enquêter sur des allégations selon lesquelles il aurait eu recours à des prostituées russes en 2013 dans un hôtel à Moscou.

«Je suis germophobe. Ce ne serait pas possible que je laisse des gens se faire pipi dessus devant moi», aurait dit le milliardaire à propos de ces soirées, au cours desquelles elles se seraient urinées dessus à sa demande. «J'ai laissé échappé un rire», écrit M. Comey. Ce «dossier» avait été rédigé par un ancien agent du renseignement britannique pour le compte d'opposants politiques au candidat républicain. Jugé crédible dans un premier temps par le renseignement américain, son authenticité avait ensuite été complètement remise en question.

Lors d'une audition extraordinaire au Sénat, James Comey avait révélé les pressions venues de la Maison Blanche, le fait que le président ait exigé sa «loyauté» et qu'il lui ait demandé d'abandonner un volet de l'enquête portant sur le général Michael Flynn, son conseiller à la sécurité nationale, forcé à la démission.

Attaques personnelles

Autre épisode qui devrait nourrir la colère présidentielle, M. Comey raconte qu'après avoir été limogé, il a reçu un appel de John Kelly, ministre de la sécurité intérieure à l'époque devenu depuis secrétaire général de la Maison Blanche.

Lors de cet échange, M. Kelly lui a, affirme-t-il, dit être «écœuré» par ce renvoi et indiqué qu'il entendait démissionner en signe de protestation.

«J'ai dit à Kelly de ne pas faire ça, mettant en avant le fait que le pays avait besoin de gens solides autour de ce président. Particulièrement de ce président», écrit-il. Mais l'ancien numéro 1 du FBI donne parfois dans un registre très éloigné du style de grand serviteur de l'Etat qu'il aimait mettre en avant dans ses anciennes fonctions. Il ironise par exemple sur les «deux demi-lunes blanches et brillantes» sous les yeux du président septuagénaire, résultat, spécule-t-il, de l'utilisation de lunettes de bronzage par le président septuagénaire.

«Nos ne devrions pas tresser des lauriers à James Comey, nous devrions le rabaisser», a lancé Sarah Sanders, porte-parole de M. Trump, dénonçant l'attitude des médias qui, selon elle, lui accordent beaucoup trop de crédit.

Si nombre de démocrates s'étaient montrés critiques sur la façon dont le directeur du FBI avait géré le dossier des emails d'Hillary Clinton durant la campagne, plusieurs d'entre eux ont volé à son secours vendredi.

Pour l'élu Ted Deutch, l'attitude de Donald Trump démontre «son incapacité à être à la hauteur du prestige de la présidence et à faire preuve de retenue face à la critique». (afp/Le Matin)

Créé: 13.04.2018, 22h44

Articles en relation

Volte-face de Trump sur le traité transpacifique

Etats-Unis Le président américain a chargé deux de ses collaborateurs d'entamer de nouvelles discussions sur l'accord de libre-échange transpacifique. Plus...

Trump, un menteur invétéré selon Comey

Etats-Unis Selon le livre de l'ex-chef du FBI, James Comey, le président américain est un menteur invétéré au comportement mafieux. Plus...

Trump et Macron restent flous sur des frappes

Syrie Trump et Macron entretenaient le flou, jeudi, sur leur riposte à l'attaque chimique présumée dans la Ghouta orientale. Plus...

Frappes en Syrie: Trump souffle le chaud et le froid

Proche-Orient Le président américain a averti qu'il s'apprêtait à lancer ses missiles contre la Syrie, avant de calmer le jeu. Plus...

Un limogeage tentant mais risqué pour Trump

Etats-Unis Le président américain "assassine" Robert Mueller, le procureur spécial chargé de l'enquête sur l'ingérence russe, à coup de tweets. Mais Donald Trump ne peut pas aussi facilement le limoger. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.