Passer au contenu principal

Etats-UnisDonald Trump: «WOW, Comey est une balance !»

Le président américain a estimé vendredi que le témoignage de l'ex-directeur du FBI, la veille, confirmait sa version des faits.

Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)
Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)
Keystone
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)
Keystone
Ici à Sydney. (21 janvier 2017)
Ici à Sydney. (21 janvier 2017)
Keystone
1 / 150

«Malgré tant de faux témoignages et de mensonges, confirmation totale et complète... et WOW, Comey est une balance !», a tweeté le président américain. Il s'agit de la première réaction personnelle de Donald Trump au témoignage de M. Comey.

L'ex-premier policier des Etats-Unis, limogé le 9 mai, a révélé à la chambre haute les pressions du président américain dans l'enquête sur la Russie. Mais il a précisé que Donald Trump ne faisait pas l'objet d'une enquête dans les investigations sur l'ingérence présumée de Moscou dans la présidentielle américaine de 2016.

Le président n'est «pas un menteur»

James Comey a expliqué qu'il avait décidé, dès sa première rencontre avec le président élu, en janvier, de consigner ses échanges avec lui, et qu'il avait par la suite demandé à un ami de transmettre ces notes à des journalistes afin de précipiter la nomination d'un procureur spécial. Décision à laquelle le département de la Justice s'est finalement résolu le 17 mai en nommant Robert Mueller, un ex-chef du FBI.

Avant la réaction de Donald Trump sur Twitter vendredi, une porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, avait assuré que le président n'était «pas un menteur». Puis l'avocat recruté par l'ancien promoteur immobilier, Marc Kasowitz, avait démenti que son client ait jamais demandé ou suggéré à James Comey de mettre fin à une quelconque enquête. «Sur le fond comme sur la forme, le président n'a jamais dit à M. Comey J'ai besoin de loyauté, je m'attends à de la loyauté », avait-il déclaré à Washington, contestant cette partie du témoignage.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.