Passer au contenu principal

Droite et Front national mettent en cause l’Exécutif

Cette fois, l’unité nationale n’aura même pas tenu quelques heures.

«Si tous les moyens avaient été pris, l’attentat de Nice n’aurait pas eu lieu.», selon Alain Juppé.
«Si tous les moyens avaient été pris, l’attentat de Nice n’aurait pas eu lieu.», selon Alain Juppé.

Ce vendredi matin, la droite et le Front national s’en sont pris violemment au gouvernement et au président de la République, leur reprochant de ne pas agir suffisamment fermement.

La première critique concerne la levée de l’état d’urgence annoncée la veille par François Hollande. «Hier, on voulait arrêter l’état d’urgence, on se demande pourquoi», s’interroge François Fillon, du parti Les Républicains. «J’attends du gouvernement qu’il nous dise que toutes les mesures ont été prises pour qu’il n’y ait pas de récidive», a déclaré pour sa part le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Christian Estrosi. L’ex-maire de Nice avait écrit la veille au chef de l’Etat pour demander des renforts. «Comment est-il possible qu’un 14 juillet, alors qu’il y a des milliers de personnes sur la promenade des Anglais, un camion puisse pénétrer dans ces conditions? Combien de policiers nationaux protégeaient cet événement, là où nous réclamons des renforts depuis des mois et des mois?» a demandé l’élu.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.