Échange d'espions entre la Russie et deux pays

EspionnageLa Lituanie et la Norvège ont procédé à des échanges de prisonniers avec la Russie vendredi.

Le président Lituanien (à droite) et son directeur de la sécurité lors d'un entretien, avant l'échange des espions.

Le président Lituanien (à droite) et son directeur de la sécurité lors d'un entretien, avant l'échange des espions. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux espions russes ont été échangés vendredi à la frontière russo-lituanienne contre deux Lituaniens et un Norvégien condamnés pour espionnage en Russie, dans un nouvel épisode digne de la Guerre froide témoignant des tensions réapparues ces dernières années dans la région.

«Ce vendredi midi, l'opération d'échange a été menée avec succès», a annoncé à la presse le chef des services lituaniens de renseignement Darius Jauniskis. «Les citoyens lituaniens Jevgenij Mataitis et Aristidas Tamosaitis et le citoyen norvégien Frode Berg sont bien arrivés en Lituanie», a-t-il ajouté, précisant que l'échange avait eu lieu à la frontière entre la Lituanie et l'enclave russe de Kaliningrad.

Les deux Russes, Nikolaï Filiptchenko et Sergueï Moïsseïenko, graciés par le président lituanien Gitanas Nauseda, ont été remis à la partie russe, a ajouté Darius Jauniskis. «Ca a été dur. L'attente a été longue. Et deux ans dans une prison russe, ça a été une épreuve difficile aussi bien pour moi que pour ma famille», a déclaré Frode Berg dans une vidéo tournée dans un «endroit sûr» en Lituanie et diffusée sur Facebook par son avocat. Le Norvégien de 64 ans a indiqué qu'il reviendrait sur le fond de l'affaire ultérieurement lors d'une conférence de presse.

«Aucune contrepartie»

La Première ministre norvégienne Erna Solberg s'est félicitée de sa libération et a remercié les autorités lituaniennes. «Il n'y a aucune contrepartie» de la part de la Norvège, a-t-elle assuré au cours d'une conférence de presse à Oslo, imputant plutôt ce dénouement à l'amitié entre son pays et la Lituanie, tous deux membres de l'Otan. «Il rentrera en Norvège aussi rapidement que cela sera possible d'un point de vue pratique», a-t-elle précisé.

L'imminence de l'échange avait été annoncée quelques heures plus tôt à Moscou par le directeur des services russes de renseignement extérieur (SVR), Sergueï Narychkine. Le décret signé par le président Nauseda et publié sur son site web explique que les Russes ont été graciés en vertu d'une nouvelle loi qui porte sur les échanges d'espions.

Sous-marins nucléaires

Retraité après avoir un temps travaillé pour une agence gouvernementale norvégienne chargée de veiller au respect de l'accord frontalier entre la Norvège et la Russie, Frode Berg a été condamné en avril en Russie à 14 années de prison pour avoir collecté des informations sur les sous-marins nucléaires russes.

Arrêté en décembre 2017 en Russie, il avait reconnu avoir joué un rôle d'intermédiaire pour les services de renseignement de son pays. Les deux Lituaniens, Yevgeny Mataitis et Aristidas Tamosaitis, ont été condamnés à respectivement 13 ans et 12 ans de prison en 2016 par la justice russe.

Selon des fonctionnaires lituaniens, Nikolaï Filiptchenko, qui a travaillé pour le FSB, a tenté de recruter pour les services de renseignement russes d'importants responsables lituaniens. Il avait été condamné à dix ans de prison et n'avait pas fait appel.

Sergueï Moïsseïenko s'est vu infliger dix ans et demi de réclusion, pour avoir recruté un capitaine lituanien travaillant à l'importante base aérienne militaire lituanienne de Siauliai. Il avait plaidé non coupable. Deux citoyens lituaniens ont également été condamnés en 2016 en Lituanie pour avoir transmis des secrets militaires au renseignement militaire russe.

Pont rappelant la Guerre froide

Les tensions entre la Russie et les pays baltes, aujourd'hui membres de l'Otan et de l'UE, qui avaient été annexés pendant la Deuxième guerre mondiale et intégrés à l'Union soviétique jusqu'à leur indépendance en 1990, se sont intensifiées après l'annexion de la Crimée par Moscou en 2014 et plusieurs affaires d'espionnage ont été révélées.

En février, l'Estonie et la Russie ont échangé à leur frontière deux hommes condamnés à des peines de prison pour espionnage. L'homme d'affaires estonien Raivo Susi a été échangé contre le Russe Artiom Zintchenko au poste frontalier de Koidula dans le sud-est de l'Estonie.

En 2015, la Russie avait expulsé un officier estonien, Eston Kohver, au cours d'un échange sur un pont rappelant la Guerre froide, avec un ancien responsable des services estoniens, Alexeï Dressen, condamné à 16 ans de prison pour espionnage au profit de Moscou. (afp/nxp)

Créé: 15.11.2019, 20h02

Articles en relation

Sentsov fait partie des 70 prisonniers libérés

Russie-Ukraine Samedi, des autocars ont quitté une prison moscovite dans le cadre d'un échange important de détenus avec l'Ukraine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.