Les échanges glaçants des assassins de Khashoggi révélés

Meurtre de KhashoggiUn enregistrement fourni par les autorités turques, qui avaient placé des micros dans le consulat où a été assassiné le journaliste, est révélé.

Un hommage au journaliste Jamal Khashoggi.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les assassins présumés du journaliste saoudien Jamal Khashoggi plaisantaient sur le fait que «même un boucher ne découpe pas de la viande sur le sol» juste avant son arrivée au consulat saoudien à Istanbul, selon des témoins interrogés par la BBC.

Helena Kennedy, une avocate britannique qui a participé à l'enquête de l'ONU, a écouté un enregistrement fourni par les autorités turques - qui avaient placé des micros dans le consulat - dans lesquels Khashoggi est qualifié d'«animal destiné au sacrifice».

«Ils se demandaient si le corps et les hanches rentraient dans un sac de cette façon», a-t-elle dit à la BBC dans ce documentaire diffusé dans l'émission Panorama lundi soir, un an après le meurtre le 2 octobre 2018.

Le médecin légiste soupçonné d'avoir découpé le corps en morceaux disait «J'écoute souvent de la musique quand je découpe des cadavres. Parfois avec un café et un cigare à la main», selon Helena Kennedy. «Il dit: C'est la première fois de ma vie que je dois découper des morceaux sur le sol -même un boucher qui veut découper un animal le suspend», a-t-elle ajouté. «Vous les entendez rire, c'est glaçant».

La Turquie avait remis à l'ONU un enregistrement de 45 minutes pour son enquête sur le meurtre du journaliste, critique du régime de Ryad.

15 agents saoudiens

Le meurtre, qui aurait impliqué 15 agents saoudiens, avait soulevé une émotion considérable. La CIA et une experte de l'ONU, Agnes Callamard, ont mis en cause le prince héritier saoudien et homme fort du pays Mohammed ben Salmane, qui dément. Cherchant à soigner son image fortement ternie, le royaume saoudien a traduit en justice 11 suspects.

Khashoggi se rendait à l'ambassade pour obtenir des papiers afin d'épouser sa fiancée turque. «Vous entendez Khashoggi passer du sentiment de confiance à la peur, puis l'angoisse croissante, la terreur et enfin la réalisation que quelque chose de fatal va se produire», a souligné Helena Kennedy.

La rapporteure spéciale de l'ONU Agnes Callamard, qui a également écouté les bandes, dit que Khashoggi demande à ses bourreaux: «Vous allez me faire une piqûre?», ce à quoi ils répondent «oui».

«Ce qu'on entend après montre qu'il est étouffé, sans doute avec un sac en plastique sur la tête», selon elle. «Peu après, quelqu'un dit: C'est un chien, mettez-ça sur sa tête, enveloppez-là . On ne peut que comprendre qu'ils ont coupé sa tête», explique-t-elle à la BBC. (afp/nxp)

Créé: 01.10.2019, 15h33

Articles en relation

Un fils de Khashoggi prend la défense de Ryad

Arabie saoudite Mardi, Salah Khashoggi a réagi sur Twitter, alors que son père journaliste a été tué violemment en Turquie, il y a un an. Plus...

«Le spectre de Khashoggi plane toujours» sur Ryad

Arabie saoudite Le royaume saoudien peine à redorer son blason, un an après l'assassinat du journaliste dissident dans des conditions troubles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.