Passer au contenu principal

IndeLes édifices Art déco de Bombay classés à l'Unesco

Construis entre 1930 et 1950, les bâtiments Art déco de la métropole indienne ont été ajoutés à Liste du patrimoine mondial samedi.

Les édifices Art déco de Bombay en Inde ont été ajoutés samedi à la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco, a annoncé l'organisation actuellement réunie à Bahreïn. Douze sites chrétiens situés dans le sud du Japon ont également été choisis.

Menacés par la spéculation

Le Bombay Art déco, moins connu que le victorien, est réputé constituer le deuxième ensemble en importance au monde, après celui de Miami, de cette tendance architecturale qui a fait fureur aux États-Unis et en Europe dans les années 1920-1930.

Ces bâtiments, menacés par la spéculation immobilière dans la mégapole, sont en cours de recensement par un collectif de passionnés, réunis au sein du projet Art Deco Mumbai. Le collectif, qui rêvait d'obtenir cette inscription, estime entre 200 et 300 à Bombay le nombre d'édifices Art déco. La plupart ont été construits entre le début des années 1930 et le début des années 1950, crépuscule de la période coloniale britannique.

Ils se situent pour beaucoup dans le sud de la ville où ils contrastent avec les bâtiments de style néo-gothique victorien. Les deux styles se font ainsi face au grand parc Oval Maidan où s'entraînent avec enthousiasme les jeunes joueurs de cricket.

Riches Indiens

D'un côté, d'austères bâtiments du XIXe siècle abritent sous leurs piques et derrière leurs fenêtres en ogive la Haute cour et l'Université de Bombay.

De l'autre se dressent des immeubles plus chics, avec des angles incurvés, des balcons, des lignes verticales et des motifs exotiques. Ils ont été bâtis par de riches Indiens qui avaient envoyé leurs architectes en Europe étudier le style Art déco et en revenir avec des idées modernes permettant de se différencier des canons des bâtiments coloniaux.

Les immeubles Art déco de Bombay, reconnaissables à leurs frontons, leurs escaliers en spirale ou leurs sols de marbre, sont occupés par des appartements résidentiels mais aussi des bureaux, des cliniques et des salles obscures comme les célèbres cinémas Eros et Regal. La plupart de ces bâtiments, y compris ceux situés le long des trois kilomètres de Marine Drive sur le front de mer, ont cinq étages souvent agrémentés de couleurs vives - jaune, rose ou bleu.

Sites japonais

Par ailleurs douze sites chrétiens situés dans le sud du Japon, où des croyants ont été fortement persécutés dans le passé, ont été ajoutés à la Liste de l'Unesco. Parmi ces sites figure la cathédrale catholique d'Oura, à Nagasaki, dédiée à 26 chrétiens exécutés il y a plus de quatre siècles en raison de leur foi.

Le christianisme au Japon date de 1549, lorsque le missionnaire jésuite européen Francis Xavier est arrivé dans le pays avec deux compagnons, et il a commencé à se propager dans l'ouest du pays. Sa propagation avec l'arrivée d'autres missionnaires et son influence croissante ont suscité l'inquiétude des dirigeants militaires du Japon et la persécution des chrétiens a commencé dès 1589.

Le Comité du Patrimoine mondial, réuni à Bahreïn depuis le 24 juin et jusqu'au 4 juillet, doit examiner au total la candidature de trente sites pour intégrer la Liste du patrimoine mondial.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.