L'effet Bolsonaro décuple la présence de militaires

BrésilLe score de Jair Bolsonaro au premier tour de la présidentielle a eu pour conséquence de doubler le nombre de parlementaires militaires.

Le score de Jair Bolsonaro au premier tour de la présidentielle a eu pour conséquence de doubler le nombre de parlementaires militaires.

Le score de Jair Bolsonaro au premier tour de la présidentielle a eu pour conséquence de doubler le nombre de parlementaires militaires. Image: Eraldo Perez/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le raz de marée d'extrême droite, personnifié par le gros score de Jair Bolsonaro au premier tour de la présidentielle au Brésil, a également fait augmenter considérablement le nombre de militaires au Parlement, qui a plus que doublé.

Au total, 22 candidats ayant déclaré être militaires ou ex-militaires ont été élus dimanche à la chambre des députés, contre 10 pendant la législature actuelle, selon des chiffres recensés par l'agence officielle Agencia Brasil.

Deux candidats liés à l'armée ont également fait leur entrée au Sénat. L'un d'eux est Major Olimpio, qui a obtenu plus de 9 millions de suffrages dans l'Etat de Sao Paulo, le plus peuplé et le plus riche du Brésil.

Il est membre du Parti Social Libéral (PSL), parti de Jair Bolsonaro, dont le nombre de députés a bondi de huit à 52, dont 13 militaires. Dans les assemblées législatives élues dans chacun des 27 Etats du pays, l'Agencia Brasil recense plus de 60 militaires.

Diminution des préjugés envers les militaires

«Cela montre qu'aujourd'hui, les gens ont moins de ressentiment contre les militaires. Le fait que le régime militaire soit plus lointain a eu pour effet de diminuer les préjugés», a affirmé le général de réserve Augusto Heleno Ribeiro Pereira, proche conseiller de Bolsonaro, au quotidien Folha de S. Paulo.

«Le fait que les Forces armées jouissent d'une forte crédibilité a stimulé les vocations à se présenter» aux élections, a ajouté celui qui fut de 2004 à 2005 le premier commandant en chef de la mission de l'ONU en Haïti.

Ex-capitaine de l'armée, Jair Bolsonaro, qui n'a jamais caché son admiration pour la dictature militaire (1964-1985), a promis d'inclure plusieurs généraux dans son gouvernement s'il était élu. (afp/nxp)

Créé: 09.10.2018, 22h59

Articles en relation

Duel tendu pour le 2e tour de la présidentielle

Brésil Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro est en position de force pour le deuxième tour de la présidentielle brésilienne. Plus...

Les partisans de Bolsonaro savourent son score et excusent ses excès

Brésil L’euphorie gagne le camp du candidat d’extrême droite, arrivé largement en tête du premier tour de la présidentielle brésilienne. Plus...

L’extrême droite arrive en tête de l'élection au Brésil

Amérique du Sud À la présidence, Jair Bolsonaro obtient un résultat bien supérieur aux estimations qui lui donnaient 40% des voix la veille du scrutin. Plus...

Présidentielle: Bolsonaro et Haddad au 2e tour

Brésil Le candidat d'extrême droite est arrivé largement en tête de la présidentielle brésilienne, suivi par son concurrent de gauche. Plus...

Bolsonaro donné gagnant dans un dernier sondage

Brésil Le candidat d'extrême droite est arrivé en tête des derniers sondages avant le premier tour de la présidentielle, ce dimanche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.