Église incendiée après l'arrestation d'un imam

NigerDes manifestants qui protestaient contre l'arrestation d'un imam auraient mis le feu à une église dans la ville de Maradi, au Niger.

Une église brûlée suite aux émeutes de 2015 dans la capitale du pays.

Une église brûlée suite aux émeutes de 2015 dans la capitale du pays. Image: Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une église a été incendiée dans la nuit de samedi à dimanche à Maradi (centre sud), troisième ville du Niger, par des manifestants qui protestaient contre l'arrestation d'un influent imam, libéré dimanche, a-t-on appris de sources concordantes.

«Depuis deux heures du matin, on est restés éveillés, l'église de Zaria (quartier populaire de Maradi) a été brûlée, la voiture du pasteur a été brûlée par des individus qu'on ne connaît pas. La gendarmerie est sur place, soyons prudents» a affirmé un responsable de l'église dans un message adressé à ses paroissiens.

Une source sécuritaire locale a «confirmé» l'incendie de cette église. «Quelques manifestants ont brûlé des pneus ce dimanche matin» et «les Forces de sécurité (FDS) sont sur le terrain», a poursuivi cette source assurant que «le calme règne globalement dimanche à Maradi».

Arrêté puis remis en liberté

Des témoins ont raconté que «samedi en fin soirée», des groupes de jeunes ont manifesté en posant des barricades sur la chaussée et en brûlant des vieux pneus. Cheick Rayadoune, influent imam de la mosquée de Zaria, a été arrêté samedi par la police après avoir qualifié vendredi «d'anti-islam» un projet de loi du gouvernement sur «l'organisation de l'exercice du culte au Niger».

Il a toutefois été «remis en liberté dimanche après-midi, il a reconnu son erreur et s'est excusé», a indiqué une source policière.

«Tous mes partisans doivent cesser de brûler et de créer des troubles en ville, l'islam ne recommande pas cela, je n'ai aucunement été maltraité par la police», a déclaré Cheick Rayadoune dans un message peu avant sa libération. «J'ai été induit en erreur par ceux qui m'ont traduit (du français au haoussa) un texte supposé être le document officiel», a-t-il regretté et il «promet de rectifier» lors de «la prière hebdomadaire vendredi prochain».

Nouveau texte de loi

Le projet de loi a été adopté fin avril en conseil de ministres, qui soulignait alors une «absence totale de normes rigoureusement définies» concernant «l'exercice du culte» dans le pays, sur fond d'un «environnement sous-régional marqué par un développement de tendances religieuses fondamentalistes et extrémistes». Le texte doit encore être adopté par le Parlement.

Le texte de loi stipule notamment que «la liberté du culte doit s'exercer dans le respect de l'ordre public» et que «l'exercice du culte en lieu public (sera) soumis au régime de l'autorisation préalable».

Il consacre «le droit de l'Etat de contrôler les sources de financement» pour «la construction et l'exploitation des lieux privés de cultes» qui seront «soumises à une autorisation préalable».

«Éviter les dérives»

«Cette loi est le fruit des plusieurs consultations et concertations profondes (...). Dans le texte il n'y a rien d'anti-islam», a commenté un haut responsable du ministère nigérien de l'Intérieur, pour qui il s'agit d'éviter que «les dérives prônées par les organisations obscurantistes terroristes» ne prennent de l'ampleur dans le pays.

En 2017, le ministère nigérien de l'Intérieur avait regroupé tous les oulémas nigériens pour un colloque pour travailler sur le sujet.

Le Niger est un pays très majoritairement musulman, avec 1 à 2% de chrétiens sur une population de plus de 20 millions d'habitants. Il a déjà connu des troubles religieux graves. Après la publication de caricatures du prophète Mahomet par le journal français Charlie Hebdo en 2015, des émeutes antichrétiennes avaient fait dix morts à Niamey et détruit la plupart des églises de la capitale et de Zinder, la deuxième ville du pays. (afp/nxp)

Créé: 16.06.2019, 18h15

Articles en relation

Plusieurs attentats déjoués au Niger

Afrique Une série d'attentats contre la capitale Niamey et Diffa, une grande ville du sud-est, ont été déjoués ce week-end au Niger. Plus...

Trois jours de deuil national au Niger

Explosion d'un camion-citerne 60 personnes sont mortes dans l'explosion d'un camion-citerne dimanche et le bilan pourrait encore augmenter. Plus...

Boko Haram inquiète le Niger pour 2019

Afrique Le Niger redoute de nouvelles attaques du groupe djihadiste, toujours fort, pour le début de l'année 2019. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.