EI: Washington refuse une coordination avec Damas

TERRORISMELes USA ont commencé leurs vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie pour localiser les positions des djihadistes de l'EI mais refusent toute coordination avec Damas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis ont commencé leurs vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie pour localiser les positions des djihadistes de l'Etat islamique (EI) mais assurent refuser toute coordination avec Damas contre un ennemi commun.

Plusieurs sources ont affirmé que des appareils étrangers avaient été vus survoler la Syrie, une ONG syrienne assurant que des «avions de reconnaissance non syriens» avaient survolé lundi l'est du pays puis transmis les informations récoltées sur les positions de l'EI «au gouvernement syrien via Bagdad et Moscou».

Vers des frappes américaines en Syrie?

Cette surveillance pourrait être un signe précurseur à de possibles frappes américaines contre les djihadistes, identiques à celles qui ont lieu dans le nord de l'Irak depuis le 8 août contre l'EI.

Le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a déclaré lundi que son pays était prêt à coopérer avec la communauté internationale, y compris avec Washington, pour lutter contre les djihadistes, mais que toute frappe en Syrie devait se faire en coopération avec Damas, sous peine d'être considérée comme une «agression».

Cependant, la Maison Blanche, qui étudie l'éventualité de ces frappes, a exclu mardi toute coordination avec le régime de Bachar al-Assad dans ce domaine.

«Aucun projet de coordination avec Assad»

«Il n'y a aucun projet de coordination avec le régime Assad au moment où nous faisons face à cette menace terroriste», a déclaré mardi Josh Earnest, porte-parole de la Maison Blanche.

L'assassinat par l'EI du journaliste américain James Foley avait suscité la semaine dernière l'indignation de la communauté internationale, Etats-Unis en tête qui s'étaient dit déterminés à lutter contre les djihadistes.

Washington dans une situation inconfortable

Alors que de nombreux pays occidentaux et arabes ont réclamé la chute du régime de Bachar al-Assad --qui a violemment réprimé en 2011 un mouvement de contestation populaire, devenu depuis une insurrection aux aspects de plus en plus complexes--, la présence des djihadistes en Syrie place Washington dans une situation inconfortable.

Ainsi, une source syrienne à Damas a affirmé mardi à l'AFP que «la coopération a déjà commencé et les Etats-unis fournissent des information à Damas par le biais de Bagdad et de Moscou».

Pour sa part, Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, a affirmé que «des avions de reconnaissance non syriens ont survolé lundi Deir Ezzor (dans l'Est) et récolté des informations sur les positions de l'EI et les a transmises au gouvernement syrien via Bagdad et Moscou».

Une menace pour les USA et l'Europe

Le chef d'état major interarmées américain, le général Martin Dempsey, avait souligné lundi que l'EI constituait «une menace régionale qui sera bientôt une menace pour les Etats-Unis et l'Europe» et qu'il était impossible d'y mettre fin sans frapper en Syrie.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a néanmoins précisé que le président Barack Obama «n'a(vait) pas (encore) pris de décision» concernant de telles frappes.

Les pays occidentaux très inquiets

Les avancées de l'EI tant en Irak qu'en Syrie, où ils contrôlent de larges pans du territoires comme la totalité de la province syrienne de Raqa (nord), inquiètent énormément les pays occidentaux ainsi que le régime syrien.

Ainsi l'armée de l'air syrienne a effectué mardi des raids visant des positions des djihadistes dans la province voisine de Deir Ezzor, a indiqué l'OSDH.

«C'est la première fois depuis que l'EI a pris le contrôle de la quasi-totalité de la province (...) que les chasseurs-bombardiers effectuent des raids aussi massifs et précis contre des postes et des barrages de l'EI dans la région», a affirmé l'ONG, faisant état de douze raids.

Damas frappe fort contre l'EI

Selon l'agence officielle Sana, «des forces de l'armée syrienne ont visé et totalement détruit des positions, des caches et des dépôts d'armes et des munitions» de l'EI.

«Elles ont visé des groupements de terroristes (...) dans plusieurs régions à l'est de Deir Ezzor, tuant un grand nombre d'entre eux», a-t-elle ajouté.

De l'autre côté de la frontière, les forces kurdes et irakiennes, qui collaborent contre les djihadistes depuis début août, ont gagné du terrain contre l'EI.

Les attentats se multiplient en Irak

Elles ont notamment réussi lundi à reprendre trois villages au nord-est de Bagdad, dans la province de Diyala, ainsi que l'une des routes principales contrôlées par l'EI. Elles sont aussi parvenues à repousser deux assauts sur la ville chiite de Touz Khourmatou, à 175 km au nord de Bagdad.

A travers le pays, les attentats meurtriers se sont multipliés ces derniers jours, visant notamment des mosquées.

Mardi matin, au moins 15 personnes ont encore été tuées dans l'explosion d'une voiture piégée au milieu d'un carrefour bondé dans l'est de Bagdad, selon des responsables.

Ci-dessous, les images d'Euronews sur la vie à Bagdad:

(afp/nxp)

Créé: 26.08.2014, 20h57

Dossiers

Galerie photo

L'Etat islamique, une organisation terroriste ultraviolente

L'Etat islamique, une organisation terroriste ultraviolente L'EI a pour but la création d'un État islamique où la charia la plus sévère sera appliquée. Qui sont-ils? Explications

Articles en relation

Les zones d'ombre entourant l'exécution de James Foley

Crise en Irak Sans remettre en question l'assassinat du journaliste américain, des experts qui ont étudié la vidéo de l'exécution pensent qu'elle a fait l'objet d'un montage. Le rappeur londonien ne serait pas forcément le tueur. Plus...

L'Iran a fourni des armes aux peshmergas

Conflit en Irak Le président de la région autonome du Kurdistan irakien a affirmé mardi que l'Iran avait été le premier pays à fournir des armes à ses combattants aux prises avec les djihadistes de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak. Plus...

L'Occident «impuissant» face à la propagande des djihadistes

Etat islamique L'Etat islamique (EI) est non seulement très efficace au combat en Syrie et en Irak, mais aussi dans le domaine de l'information. Plus...

Bagdad tente d'apaiser les tensions confessionnelles

Etat islamique Le pouvoir irakien tente d'apaiser les tensions confessionnelles attisées par une attaque meurtrière contre une mosquée sunnite, au moment où il s'efforce de repousser une offensive djihadiste, menaçant le pays d'éclatement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.