Election de Trump: l'ingérence russe rebondit

Etats-UnisCe sont les autorités australiennes qui ont alerté le FBI, et non l'enquête de l'ex-espion britannique Christopher Steele comme on le croyait jusque-là, a rapporté samedi le «New York Times».

Avec les révélations sur la supposée ingérence russe dans la campagne électorale américaine, les rencontres entre les deux dirigeants sont scrutées.

Avec les révélations sur la supposée ingérence russe dans la campagne électorale américaine, les rencontres entre les deux dirigeants sont scrutées. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Citant quatre responsables et anciens responsables américains et étrangers ayant connaissance du dossier, le quotidien américain affirme que George Papadopoulos, un ex-conseiller en politique étrangère de l'équipe de campagne de Donald Trump aujourd'hui inculpé de faux témoignage, avait révélé dès mai 2016 que la Russie possédait «de quoi salir» Hillary Clinton à l'ambassadeur australien à Londres, Alexander Downer.

George Papadopoulos, alors âgé de 28 ans, a rencontré Alexander Downer dans un bar chic de Londres par l'intermédiaire d'un diplomate israélien qui l'a présenté à un autre diplomate australien, précise le «New York Times».

Le quotidien reconnaît ne pas savoir en détails ce que le jeune conseiller de Donald Trump a révélé exactement à l'ambassadeur australien, mais lorsque le 22 juillet, le site WikiLeaks commence à publier les emails piratés du parti démocrate, «les responsables australiens ont transmis les informations sur George Papadopoulos à leurs collègues américains».

En octobre 2016, un mois avant le scrutin, les agences américaines du renseignement accusaient la Russie d'avoir piraté et diffusé pendant la présidentielle des emails de proches conseillers de la démocrate Hillary Clinton dans le but de la discréditer.

L'enquête du FBI, confiée depuis au procureur spécial Robert Mueller, a également été déclenchée par des informations transmises aux services de renseignement américains par des services amis, y compris ceux des Pays-Bas et du Royaume-Uni, selon le quotidien américain.

Jusque-là, c'est un rapport de l'ex-espion britannique Christopher Steele, financé en partie par l'équipe d'Hillary Clinton et le parti démocrate (DNC), qui était cité comme le premier à avoir alerté sur de possibles liens entre la campagne électorale de Donald Trump et la Russie.

Controversé, ce rapport fait état de nombreuses allégations compromettantes pour Donald Trump, notamment l'existence d'une vidéo à caractère sexuel impliquant des prostituées ou des échanges d'informations pendant près d'une décennie avec le Kremlin. (afp/nxp)

Créé: 30.12.2017, 22h37

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.