L’embellie sur l’emploi ne calme pas les manifs

FranceMalgré des signaux encourageants sur le chômage, la révolte contre la réforme du travail fait des blessés. Analyse

La police tente de disperser les manifestants à Paris.

La police tente de disperser les manifestants à Paris. Image: AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Paris, comme dans d’autres grandes villes, les affrontements entre les manifestants et la police ont été rugueux. D’une extrême violence même dans la capitale française, où des individus encagoulés étaient venus en découdre avec les CRS. Trois blessés graves sont à déplorer au sein des forces de l’ordre. Quatrième mobilisation depuis un mois, cette manifestation anti-loi El Khomri (60 000 personnes à Paris selon la CGT, 15 000 selon la préfecture) a été activée par les syndicats contestataires. Elle sert de tour de chauffe à la grande manifestation prévue dimanche, le 1er mai, lors des différents défilés pour la Fête du travail.

Paradoxalement, ces événements qui illustrent bien la tension sociale actuelle se produisent alors que la France a annoncé ce mardi un recul de 60 000 chômeurs en mars. Un résultat exceptionnel, que l’Hexagone n’avait pas vu depuis dix ans. Ainsi, d’un côté le gouvernement, de façon désordonnée d’ailleurs, se félicite des premiers résultats de sa politique de réformes pour soutenir les entreprises. Et de l’autre, les syndicats dans la rue durcissent le ton, reprochant justement à ce projet de réforme de la loi travail (dite loi El Khomri du nom de la ministre du Travail) d’être trop favorable aux employeurs.

La fin de l'austérité en Europe

«Les deux parties jouent leur petite musique, mais savent qu’elles n’y sont pour rien», estime Charles Wyplosz. «Les réformes du pacte de compétitivité du gouvernement ne sont qu’une marche arrière partielle après la surenchère fiscale du début du quinquennat qui avait étouffé l’économie. Elle connaît ainsi une petite reprise depuis un an parce que les politiques d’austérité ont été stoppées en Europe et en France depuis deux ans maintenant. Avec l’effet retard, on y est. L’emploi redémarre parce qu’il devait reprendre», met en équation le professeur d’économie internationale à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève.

Le redressement français serait surtout une conséquence de l’environnement international favorable, selon la plupart des analystes. C’est ainsi avant tout l’économie privée qui booste la France, dont les autres indicateurs – rentrées fiscales, importations, consommation et aussi investissement – sont positifs. Comme les propos pro-économie de Manuel Valls et Emmanuel Macron, qui ont redonné confiance aux patrons pour engager? «Je ne crois pas que les patrons soient très impressionnés par les discours des politiques, bien qu’ils étaient évidemment contents de cet intérêt pour l’entreprise», répond l’économiste français, qui intervient régulièrement dans la presse hexagonale sur ces sujets.

Mauvais timing

La confiance dans le gouvernement, elle, n’est absolument pas de mise du côté des syndicats qui exigent toujours le retrait pur et simple du texte. Et ce malgré les concessions de l’Exécutif qui lui a soustrait, à la mi-mars, des dispositions contestées comme le plafonnement des indemnités prud’homales. La CGT, le syndicat majoritaire, est par exemple vent debout contre l’idée qu’un accord d’entreprise puisse primer sur un accord de branche. L’examen du texte par l’Assemblée nationale commence mardi.

«Lancer un projet plutôt courageux un an avant la fin du quinquennat et ne pas l’accompagner, c’était laisser prospérer l’extrême gauche. C’est surprenant à quel point des politiciens expérimentés se sont laissés piéger. Il n’y a plus personne pour défendre cette loi dont même les patrons ne veulent plus. En décidant de taxer les CDD sous la pression de la rue, le gouvernement est allé à l’opposé de son intention première!» résume Charles Wyplosz.

Créé: 29.04.2016, 08h11

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.