Passer au contenu principal

Témoignage«Les enfants n'ont pas fait de cauchemars»

La famille de Français, dont quatre enfants, libérés après avoir été retenus en otages par un groupe islamiste au Nigeria, ont confié samedi soir avoir eu «des moments très durs» lors de leur captivité.

Les trois adultes et quatre enfants - Clarence, 5 ans, Maël, 8 ans, Andeol, 10 ans, et Eloi, 12 ans - avaient été enlevés le 19 février alors qu’ils étaient en vacances dans un parc national dans l’extrême nord du Cameroun.
Les trois adultes et quatre enfants - Clarence, 5 ans, Maël, 8 ans, Andeol, 10 ans, et Eloi, 12 ans - avaient été enlevés le 19 février alors qu’ils étaient en vacances dans un parc national dans l’extrême nord du Cameroun.
AFP

Tanguy Moulin-Fournier, sa femme Albane et leurs quatre fils de 5 à 12 ans, ainsi que son frère Cyril ont été libérés dans la nuit de jeudi à vendredi. Ils sont arrivés samedi matin à Paris, en provenance de Yaoundé, deux mois après leur enlèvement au Cameroun. Fatigués mais souriants, ils ont été accueillis par le président François Hollande.

«On a eu des moments très durs physiquement», ont relaté dans la soirée sur la chaîne de télévision France 2 le père de famille, son épouse et son frère. Le visage amaigri et mangé par une barbe épaisse le matin à leur arrivée, les deux hommes étaient rasé de frais le soir.

Conditions précaires

Une «bâche sous les ronces», puis «une sorte de clairière sous un arbre protecteur» ont été leurs lieux de détention, a décrit le père de famille, expliquant avoir presque dû «négocier l’eau» avec les ravisseurs, par une chaleur accablante.

«Les enfants vont très bien, ils ont très bien résisté, ils n’ont pas pleuré, pas fait de cauchemars», a souligné leur mère.

«Ils étaient des enfants... qui jouent avec ce qu’ils trouvent, des morceaux de bois, des boîtes de sardines vides...». Il avaient aussi quelques livres avec eux. Les fables de La Fontaine, par exemple.

Par le «rythme» et les «rituels» que leur présence imposait aux adultes, les enfants ont aidé la famille toute entière à tenir bon.

Retour envisagé en Afrique

Les anciens otages étaient arrivés à l’aube à l’aéroport d’Orly, à bord du Falcon du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius qui avait fait un aller-retour au Cameroun pour aller les chercher.

Des couvertures sur les épaules pour se protéger du froid parisien après avoir connu l’écrasante chaleur africaine, ils sont tombés dans les bras de leurs proches, avant de s’acheminer vers le pavillon d’honneur où ils sont restés un moment.

«Je suis très heureux d’être de retour en France, c’est un grand moment. Après, on retournera également au Cameroun, qui est un très beau pays où on se plait beaucoup», a ensuite déclaré à la presse Tanguy Moulin-Fournier.

«Aujourd’hui, c’est la vie qui a gagné», a déclaré François Hollande, qui a «remercié aussi bien le Cameroun que le Nigeria», avec une «pensée particulière pour le président (camerounais Paul) Biya».

Des vacances pas comme les autres

Les trois adultes et quatre enfants - Clarence, 5 ans, Maël, 8 ans, Andeol, 10 ans, et Eloi, 12 ans - avaient été enlevés le 19 février alors qu’ils étaient en vacances dans un parc national dans l’extrême nord du Cameroun.

Le père, la mère et leurs quatre garçons résidaient depuis 2011 à Yaoundé, où Tanguy Moulin-Fournier est employé comme expatrié par GDF Suez. Cyril Moulin-Fournier, le frère de Tanguy, qui vit en Espagne, les avait rejoints pour des vacances.

Les autorités françaises et camerounaises ont indiqué que la famille avait été libérée dans la nuit de jeudi à vendredi à la frontière entre le Cameroun et le Nigeria. Très peu d’informations ont filtré sur les conditions de cette libération, annoncée par la présidence camerounaise dès vendredi matin.

Pas de rançon

La France, avait assuré vendredi François Hollande, ne change pas son principe, qui est le «non versement de rançon». L’Elysée a également affirmé que la libération des otages n’était pas une action de force mais le fruit de contacts multiples.

«L’heureux dénouement de cette affaire est incontestablement le fruit d’une coopération exemplaire entre les gouvernements français, nigérian et camerounais», a de son côté estimé le président camerounais Paul Biya, appelant à un renforcement de la coopération internationale pour faire face à l’insécurité sur le continent africain.

Les ravisseurs des Moulin-Fournier se réclamaient du groupe islamiste Boko Haram, actif dans le nord du Nigeria, une zone troublée depuis plusieurs années par des attentats et des assassinats violemment réprimés par les forces de sécurité nigérianes. Ils demandaient notamment la libération de membres de leurs familles «emprisonnées au Nigeria et au Cameroun».

Ces revendications avaient été jugées hors de portée de la France par Laurent Fabius, qui avait toutefois effectué un voyage au Cameroun à la mi-mars et y avait rencontré le président Biya.

Contacts fréquents

«Pour les otages qui viennent d’être libérés, des contacts avaient pu être établis ces dernières semaines et en particulier ces derniers jours», a-t-il dit, M. Fabius indiquant avoir parlé avec le président Biya «presque tous les jours au cours de ces dernières semaines».

La France compte encore au moins sept de ses ressortissants otages en Afrique. Des rapts revendiqués par des groupes islamistes dont six par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Sahel.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.