Enquête sur Mediapart, qui refuse une perquisition

Affaire BenallaQuelques jours après avoir publié des extraits d'une conversation où Alexandre Benalla aborde plusieurs sujets sensibles, le journal Mediapart est sous la pression de la justice.

L'affaire Benalla pèse sur l'Elysée depuis plus d'une année déjà.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «atteinte à l'intimité de la vie privée» et sur les conditions d'enregistrement d'une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase fin juillet, après sa diffusion la semaine passée par Mediapart, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Le média en ligne a indiqué avoir refusé lundi matin une perquisition dans ses locaux, où s'étaient présentés deux magistrats du parquet et des enquêteurs qui voulaient saisir les enregistrements en question dans le cadre de cette procédure. «Il y a des diligences pour trouver nos sources, c'est une situation particulièrement inquiétante», a dénoncé auprès de l'AFP Fabrice Arfi, co-responsable des enquêtes du journal en ligne.

Mediapart avait publié jeudi des extraits d'un enregistrement d'une conversation entre Alexandre Benalla, ancien conseiller d'Emmanuel Macron, et Vincent Crase, ex-employé de LREM et gendarme réserviste.

Un enregistrement problématique

Selon le site d'information, cette conversation a eu lieu le 26 juillet, quelques jours après que les deux hommes ont été mis en examen pour des violences sur des manifestants le 1er mai 2018 et en violation de leur contrôle judiciaire.

La source judiciaire a précisé que l'ouverture de l'enquête préliminaire, qui vise également la «détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interception de télécommunications ou de conversations», est intervenue à la suite de la réception par le parquet de Paris d'«éléments», dont la nature n'a pas été précisée.

Une source proche de l'enquête a ajouté qu'elle n'avait pas été déclenchée à la suite d'une plainte de M. Benalla.

«Comme on est dans le cadre d'une enquête préliminaire, nous avons le droit de refuser une perquisition et nous l'avons donc évidemment refusée, en nous permettant de commenter cette situation inédite dans l'histoire du journal, et que nous considérons comme particulièrement grave pour le journal», a également expliqué M. Arfi.

(afp/nxp)

Créé: 04.02.2019, 14h53

Galerie photo

L'affaire Benalla en images

L'affaire Benalla en images L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron a été mis le 22 juillet 2018 en examen pour des violences en marge des manifestations du 1er-Mai à Paris.

Articles en relation

Macron: «Tu es plus fort qu'eux»

Affaire Benalla Mediapart a dévoilé jeudi plusieurs enregistrements sonores où Alexandre Benalla semble avoir le soutien du couple Macron. Plus...

Benalla reconnaît avoir commis «une connerie»

France L'ancien chargé de mission de l'Elysée s'est montré passablement laconique lors de son audition devant les Sénateurs ce lundi. Plus...

Abus de passeports: Benalla mis en examen

France Alexandre Benalla, ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, a été mis en examen pour l'usage abusif de ses divers passeports cet été. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.