Environnement: militants en danger sous Duterte

PhilippinesLes meurtres de militants engagés dans la défense de l'environnement aux Philippines sont en forte hausse depuis l'élection de Rodrigo Duterte.

113 activistes pour l'environnement ont été tués depuis l'arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte.

113 activistes pour l'environnement ont été tués depuis l'arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voilà longtemps que les activistes luttant dans l'archipel contre les puissants intérêts des groupes miniers, forestiers ou fruitiers s'exposent à des représailles parfois sanglantes. Mais la situation s'est détériorée ces dernières années, déplore l'ONG Global Witness depuis que Rodrigo Duterte dirige le pays.

En juillet, l'ONG avait déjà indiqué qu'avec 30 meurtres en 2018, l'archipel avait été l'an passé le pays de loin le plus dangereux pour ces militants et leaders autochtones, une première depuis 2012 et le début des rapports annuels publiés par Global Witness.

«Depuis que le président Duterte est arrivé au pouvoir, il y a eu une augmentation énorme des meurtres de défenseurs des droits fonciers et de l'environnement, y compris de militants indigènes», a déclaré à l'AFP Ben Leather, un responsable de Global Witness.

Au total, 113 homicides ont été enregistrés depuis l'arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte mi-2016, alors que 65 meurtres avaient été dénombrés au cours des trois années précédentes.

Langage ordurier

«La rhétorique agressive du président contre les militants, ajoutée au climat de violence et d'impunité attisé par sa guerre contre la drogue, n'ont fait qu'aggraver les choses», a ajouté M. Leather.

Rodrigo Duterte était arrivé au pouvoir en 2016 sur la promesse d'éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de trafiquants et toxicomanes présumés. Il avait dit que les poissons de la baie de Manille s'engraisseraient sur leurs cadavres.

Selon le gouvernement, plus de 5500 personnes accusées d'être des dealers ou des toxicomanes ont été tuées par les policiers mais les ONG estiment qu'il faut multiplier ce chiffre par quatre.

Le président, qui est connu pour son franc-parler et son langage ordurier, n'hésite pas à menacer ses adversaires. Lors d'une conférence de presse en 2017, il avait menacé de bombarder des écoles communautaires de communautés autochtones, en les accusant d'orienter les élèves vers la rébellion communiste, selon Global Witness.

«La violente guerre contre la drogue du président a créé une culture d'impunité et de peur, tendant à légitimer le recours à la violence par les puissances politiques et économiques», peut-on lire dans le rapport, qui cite une série de meurtres répertoriés depuis 2016. (ats/nxp)

Créé: 24.09.2019, 07h15

Articles en relation

Rodrigo Duterte renforce son pouvoir

Philippines Les alliés du président philippin Duterte ont pris le contrôle du Sénat lors des élections de mi-mandat, selon les résultats officiels annoncés mercredi. Plus...

Le président philippin proche de la victoire

Elections de mi-mandat Le camp du président Rodrigo Duterte remporterait neuf des douze sièges en jeu au Sénat, selon de premiers résultats officieux. Plus...

Manille quitte la CPI, qui enquête sur Duterte

Philippines La Cour pénale internationale enquête sur les violences commises dans le cadre de la répression du trafic de drogue lancée par le président Duterte. Plus...

Duterte avait agressé sexuellement sa bonne

Philippines Evoquant des souvenirs de son adolescence, le président philippin Rodrigo Dutert a raconté comment il avait infligé des attouchements à sa domestique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.