L'Equateur réfléchit au sort de Julian Assange

WikileaksQuito étudie, avec Londres, une issue pour Julian Assange, réfugié à l'ambassade équatorienne de Londres depuis 2012.

Julian Assange devient un «problème» pour l'Equateur.

Julian Assange devient un «problème» pour l'Equateur. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Equateur discute avec la Grande-Bretagne du sort du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, a déclaré le président équatorien Lenin Moreno. Ce dernier s'est rendu cette semaine en Espagne et en Grande-Bretagne.

«Nous devons trouver une issue pour lui. Une issue qui défende ses droits, principalement son droit à la vie, et qui dans le même temps donne à l'Equateur la possibilité de ne pas avoir ce qui, sans aucun doute, constitue un problème pour notre pays», explique le président équatorien dans un entretien publié dimanche par le quotidien espagnol El Pais.

Pour M. Moreno, une solution «idéale» serait que M. Assange accepte une «pénalité» pour avoir enfreint les conditions mises par la Grande-Bretagne à sa liberté sous caution, puis soit «extradé vers un pays où il ne court aucun danger».

Six ans à l'ambassade

Julian Assange, un Australien de 47 ans, s'est réfugié en juin 2012 dans l'ambassade d'Équateur pour échapper à une extradition vers la Suède, où il était recherché depuis fin 2010 pour des accusations de viol et d'agression sexuelle qu'il niait. Les poursuites en Suède ont été abandonnées en mai 2017, mais la justice britannique a réitéré à la mi-février son refus de lever son mandat d'arrêt, car il n'avait pas respecté en 2012 les conditions de sa liberté sous caution.

L'Australien redoute, s'il sort de l'ambassade, d'être arrêté puis extradé et jugé aux États-Unis pour la publication par WikiLeaks en 2010 de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains. Quito a accordé en décembre la nationalité équatorienne au fondateur de WikiLeaks, mais Londres a refusé de lui reconnaître un statut diplomatique, qui lui aurait permis de quitter l'ambassade sans être arrêté par la police britannique.

Les relations se sont dégradées depuis plusieurs mois entre l'Equateur et Julian Assange. Agacé par certaines de ses prises de position, notamment son soutien aux indépendantistes catalans, Quito a coupé en mars ses systèmes de communication avec l'extérieur puis annoncé en mai la suppression des mesures supplémentaires de sécurité à son ambassade londonienne. (ats/nxp)

Créé: 30.07.2018, 03h17

Articles en relation

L'Equateur punit Assange et le prive d'internet

Londres Agacé par les prises de position de Julian Assange, Quito a décidé de couper ses systèmes de communication à l'ambassade équatorienne à Londres. Plus...

«Le cas de Julian Assange est un problème»

Equateur Lenin Moreno, président equatorien, affirme que l'asile accordé au fondateur de Wikileaks est un tracas majeur. Plus...

5 scénarios pour l'avenir de Julian Assange

Justice La Suède venant d'abandonner ses poursuites pour viol, que va-t-il advenir de Julian Assange? Passage en revue des possibilités. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.