Erdogan ne veut pas libérer Demirtas

TurquieLa Cour européenne des droits de l'homme somme le président turc de libérer l'opposant Demirtas, détenu depuis 2016. Erdogan s'y oppose.

Erdogan: «Les décisions de la CEDH ne nous contraignent aucunement».

Erdogan: «Les décisions de la CEDH ne nous contraignent aucunement». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'emprisonnement de l'opposant kurde Selahattin Demirtas, candidat malheureux à la présidentielle de juin en Turquie, vise à «étouffer le pluralisme» politique dans ce pays, a jugé jeudi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Cette dernière a condamné Ankara, qui a rejeté cette décision.

La CEDH a ainsi demandé à la Turquie de libérer «dans les plus brefs délais» le leader prokurde, un des chefs du Parti démocratique des peuples (HDP), détenu depuis novembre 2016.

La cour de Strasbourg «admet» que si Selahattin Demirtas, 45 ans, a été arrêté pour des «raisons plausibles» car les autorités turques le soupçonnaient d'avoir commis une infraction pénale. Mais les motifs invoqués pour justifier la durée de sa détention ne sont pas «suffisants».

«Sa détention provisoire constitue une atteinte injustifiée à la libre expression de l'opinion du peuple et au droit du requérant d'être élu et d'exercer son mandat parlementaire», ont estimé les juges européens, saisis par Selahattin Demirtas.

Limiter le débat politique

«Les prolongations de la privation de liberté de l'intéressé, notamment pendant deux campagnes électorales critiques, à savoir le référendum et l'élection présidentielle, poursuivaient un but inavoué prédominant, celui d'étouffer le pluralisme et de limiter le libre jeu du débat politique, qui se trouve au coeur même de la notion de société démocratique», a encore souligné la CEDH.

Celle-ci a condamné la Turquie à verser 10'000 euros au requérant pour dommage moral, et 15'000 euros pour frais et dépens.

Selahattin Demirtas, écroué depuis novembre 2016 pour des accusations d'activités «terroristes», est poursuivi dans de nombreux dossiers et encourt jusqu'à 142 ans de prison dans le cadre de son principal procès. Cela ne l'a pas empêché de recueillir 8,4% des voix à la présidentielle du 24 juin, remportée par Recep Tayyip Erdogan.

La cour européenne avait condamné la semaine passée la Russie pour des motifs similaires, reconnaissant le caractère «politique» des multiples arrestations de l'opposant numéro un à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny.

Erdogan rejette la décision

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rejeté mardi cette décision de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). «Les décisions de la CEDH ne nous contraignent aucunement. Nous allons contre-attaquer et mettre un point final à cette affaire», a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par l'agence de presse étatique Anadolu.

Avant M. Erdogan, le ministre turc de la Justice Abdulhamit Gül avait déclaré qu'il appartiendrait «à la justice turque de rendre la décision finale» dans cette affaire.

Mais contrairement aux affirmations de M. Erdogan, les arrêts rendus par la CEDH ont bel et bien un caractère contraignant pour les pays signataires, comme la Turquie, de la Convention européenne des droits de l'Homme.

«Aux termes de l'article 46 de la Convention, les arrêts de la Cour ont un caractère contraignant pour tous les Etats membres», a indiqué à l'AFP le porte-parole du Conseil de l'Europe Daniel Holtgen. (afp/nxp)

Créé: 20.11.2018, 12h58

Articles en relation

Le parti pro-kurde HDP remplace son dirigeant

Turquie Les délégués du principal parti prokurde ont élu Pervin Buldan et Sezai Temelli pour remplacer notamment leur charismatique leader incarcéré, Selahattin Demirtas. Plus...

Demirtas stoppe sa grève de la faim

Turquie - Kurdes Le leader pro-kurde protestait contre ses conditions de détention «inhumaines» en Turquie. Plus...

Le chef du parti pro-kurde risque la prison

Purges en Turquie Les procureurs turcs veulent faire condamner le chef du parti pro-kurde HDP Selahattin Demirtas pour «diffusion de propagande d'un groupe terroriste». Il risque 5 ans de prison. Plus...

Le leader du parti prokurde sous enquête judiciaire

Turquie La justice turque a ouvert une enquête à l'encontre de Selahattin Demirtas pour «troubles à l'ordre public» et «incitation à la violence». Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.