Passer au contenu principal

Escalade des USA contre l'Iran: «inacceptable»

Le chef de la diplomatie iranienne a haussé le ton jeudi contre Washington, tout en affirmant agir avec «le maximum de retenue».

Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)
Le président iranien Hassan Rohani a rejeté toute rencontre avec Donald Trump mercredi tant que les sanctions ne seraient pas levées. (Mercredi 25 septembre 2019)
Keystone
Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)
Le président français Emmanuel Macron se démène pour organiser une rencontre entre e président iranien Hassan Rohani et Donald Trump. (Mercredi 25 septembre 2019)
AFP
En vue d'un accord historique sur le programme nucléaire de Téhéran, le secrétaire d'Etat américain John Kerry va retrouver à Lausanne son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. (15 mars 2015)
En vue d'un accord historique sur le programme nucléaire de Téhéran, le secrétaire d'Etat américain John Kerry va retrouver à Lausanne son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. (15 mars 2015)
1 / 150

Le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a jugé «inacceptable» jeudi à Tokyo «l'escalade de tensions provoquée par les Etats-Unis» à l'encontre de son pays. «Nous agissons avec le maximum de retenue» a-t-il ajouté.

Alors que le président américain Donald Trump a décidé de sortir les Etats-Unis de l'accord de 2015 censé empêcher Téhéran de fabriquer la bombe atomique, le chef de la diplomatie iranienne a assuré que Téhéran maintenait son engagement vis-à-vis de la communauté internationale dans le cadre de l'accord passé sur le nucléaire.

Les tensions durent depuis des mois entre les deux parties, mais le mouvement de défiance mutuelle s'amplifie ces derniers temps, prenant une tournure jugée très inquiétante.

«Pression maximale»

L'Iran a prévenu mercredi que les Etats-Unis connaîtraient «le goût amer de la défaite» pour «la guerre économique» qu'ils mènent contre la «nation iranienne».

Washington, qui mène une campagne de «pression maximale» contre l'Iran, a encore durci ses sanctions économiques et a renforcé sa présence militaire au Moyen-Orient, face à des menaces présumées d'attaques présentées comme «imminentes» contre ses intérêts dans la région et attribuées à Téhéran.

Un an après l'annonce du retrait unilatéral des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015, Téhéran avait indiqué le 8 mai avoir suspendu certains de ses engagements pris en vertu de ce texte.

Le même jour, Washington a renforcé ses sanctions contre l'économie iranienne. Le Pentagone a ensuite annoncé l'envoi au Moyen-Orient d'un navire de guerre et d'une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement d'un porte-avions.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.